Pourquoi faire une greffe de cheveux ?

variation-woman

« Si je perds mes cheveux, c’est qu’il y a un problème sous-jasent plus grave, soit au niveau des médicaments que je prends, soit au niveau des cellules de ma peau. » Se disait Jean-Jacques, à l’âge de 40 ans. Aujourd’hui, il décide de rédiger ce billet pour expliquer à ceux qui souffrent de la perte de cheveux (chez la femme comme chez l’homme), que densifier sa chevelure est possible via la greffe capillaire. Il explique que grâce aux implants capillaires et à la transplantation, il est tout à fait possible d’éviter la pelade.

La douloureuse étape de la perte des cheveux

Perdre ses cheveux n’est jamais facile à accepter. Pourtant ce phénomène n’a en soi rien de honteux et ne préjuge pas de la santé de l’individu qui en est affecté. Certains s’en accommodent très bien mais pour d’autres cela devient un vrai problème. De façon récurrente il n’a plus envie de se regarder dans le miroir et, plus grave, il finit par imaginer que son regard sur lui-même est le reflet du regard des autres, même si ce n’est pas le cas.

Les hommes se sentent diminués dans leur virilité ou vieillis précocement. Les femmes ont très peur de perdre leur pouvoir de séduction et redoutent le moment d’aller chez leur coiffeur. La calvitie est la plupart du temps héréditaire et donc incontournable, mais elle peut aussi avoir d’autres causes plus faciles à endiguer. Certaines carences, notamment en fer, ou des situations traumatisantes générant beaucoup de stress ou de violence peuvent également en être à l’origine. La prise de certains médicaments peuvent également vous faire subir des effets secondaires, tels que la fameuse perte capillaire et ses effets clairsemés sur le crâne.

Quel que soit le type de calvitie, il n’y a pas de raison de continuer à se laisser gagner par un stress supplémentaire qui ne ferait qu’aggraver le phénomène en initiant un cercle vicieux.

La greffe de cheveux c’est simple

Après avoir éliminé les causes externes à la calvitie ponctuelle, le plus simple est de songer à une greffe de cheveux. Les progrès scientifiques de ces dernières années ont rendu cette opération très facile à mettre en œuvre. Là où la repousse nécessitait des mois et où l’opération de médecine esthétique (de type FUE manuelle ou à bandelettes) se faisait manuellement avec tous les aléas à la clé, on dispose maintenant d’un système robotisé pour le prélèvement des greffons et leur réimplantation dans les zones à traiter.

Ce robot nommé ARTAS, adopté avec grand succès par the clinic par exemple, muni d’un scanner incorporé, prélève avec une précision au micron près les unités folliculaires, évitant ainsi les pertes de greffons par sectionnement manuel accidentel, inévitables par la main de l’homme. Il effectue la transplantation également avec une précision microscopique très rapidement.

L’alignement, la profondeur et l’angulation des implants sont calculés de façon systématique afin de produire une harmonisation de l’ensemble de la chevelure après la repousse qui se fera beaucoup plus rapidement et sans avoir à renouveler l’opération en plusieurs étapes. Le temps d’intervention est considérablement raccourci et la douleur et les cicatrices pratiquement inexistantes. Il faut savoir qu’une greffe de cheveux n’est pas du tout exceptionnelle, qu’elle n’est pas réservée aux peoples ou aux stars des médias, mais qu’elle peut redonner confiance en soi à tout un chacun.