Dangers de la nicotine : s’en sortir grâce à la cigarette électronique ?

Quel est le rapport entre la masse musculaire et la santé cardiaque ?
juillet 27, 2020
Sclérose en plaques et difficultés à marcher.
juillet 27, 2020

Dans les cigarettes à tabac, la matière végétale (tabac) est brûlée et la fumée produite est inhalée. La nocivité de la fumée est connue depuis des siècles. Le monoxyde de carbone (ou CO) qui inhibe l’apport d’oxygène (ou O2) dans l’organisme et est connu pour provoquer un empoisonnement par la fumée. La fumée contient plusieurs milliers de substances produites lors de la combustion du tabac, dont beaucoup sont cancérigènes ou toxiques. En conséquence, les fumeurs souffrent chroniquement d’un empoisonnement par la fumée de tabac et augmentent leur risque de cancer du poumon et d’autres tumeurs malignes. La fonction pulmonaire est altérée, ce qui entraîne la toux du fumeur matinal bien connu et, dans certains cas, de graves maladies pulmonaires irréversibles (emphysème et BPCO par exemple). En raison de l’affaiblissement du système immunitaire, les fumeurs souffrent plus fréquemment d’infections, notamment des voies respiratoires supérieures.

Quels sont les rôles de la nicotine ?

Le nicotine contribue à la dépendance du fumeur parmi les autres ingrédients de la fumée de tabac, mais est lui-même relativement inoffensif. Sinon, les autorités en matière de drogues n’auraient pas approuvé la vente en libre accès de gommes à mâcher, de patchs, de pastilles et d’inhalateurs contenant de la nicotine. Comme la caféine, la nicotine entraîne une légère augmentation à court terme du rythme cardiaque et de la pression artérielle. Ce phénomène est inoffensif chez les personnes en bonne santé, mais pourrait avoir des effets négatifs chez les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires graves (par exemple, l’angine de poitrine ou la cardiopathie). Elle est un danger pour les femmes, surtout pendant la grossesse. Dans tous les cas, cependant, la vapeur est beaucoup moins nocive que l’inhalation de la fumée de tabac. Les organismes de santé et les sociétés médicales mettent en garde contre la nocivité de la nicotine contenue dans les e-cigarettes, mais recommandent dans le même temps des médicaments contenant de la nicotine pour le sevrage tabagique.

Quels sont les risques d’aggravation ?

Les cigarettes sont des stimulants et donc fondamentalement malsaines. En tant que stimulants, ils peuvent même être nocifs, comme c’est le cas du café ou des boissons alcoolisées. La comparaison avec la nocivité des cigarettes de tabac est décisive. D’après les études de certains experts internationaux, on a évalué le risque résiduel des e-cigarettes et a conclu qu’elles sont au moins à 95% moins nocives que les cigarettes à base de tabac. En fait, le risque résiduel est probablement bien inférieur à 5 %, mais pour des maladies potentiellement mortelles comme le cancer ou la BPCO, il est probablement très proche de 0 %, car les causes connues de ces maladies ne sont pas détectables dans la vapeur ou ne sont présentes qu’à l’état de traces. D’après les études publiées et de nombreuses enquêtes, les rapports des anciens fumeurs de cigarettes à vapeur montrent que le passage aux e-cigarettes apporte les mêmes améliorations de santé que l’arrêt du tabac. La toux typique du fumeur disparaît en quelques semaines, la sensibilité à l’infection diminue massivement et l’état s’améliore. L’une des conséquences les plus graves du tabagisme est la BPCO (ou broncho-pneumopathie chronique obstructive), une maladie pulmonaire chronique irréversible qui est associée à une réduction significative de la qualité de vie. Les études et les rapports des personnes concernées montrent sans aucun doute que le passage aux e-cigarettes est tout aussi efficace pour prévenir la progression de la maladie que le fait de ne pas fumer du tout.

La solution : passer à la cigarette électronique ?

Les scientifiques du monde entier s’accordent à dire que le passage aux e-cigarettes entraîne une réduction massive du risque sanitaire pour les fumeurs. Cependant, de nombreux experts de la santé rejettent le principe de la réduction des risques et considèrent que l’abstinence est la seule approche souhaitable. Apparemment, l’abstinence totale n’est pas une alternative réaliste pour la majorité des personnes. Les mesures de la vapeur produite par la cigarette électronique, de l’air expiré par les usagers et de la pollution des locaux vaporisés montrent unanimement que l’émission de polluants potentiels est bien inférieure aux limites reconnues pour la qualité de l’air et souvent inférieure à la limite de détection des méthodes d’analyse. Par conséquent, le préjudice des personnes non fumeuses présentes dans la même pièce ne peut être exclu et l’application des lois de protection des non-fumeurs à la vapeur n’est pas objectivement justifiée. L’interférence avec le bien-être de tiers ne peut pas être à la base d’une réglementation légale. Cependant, d’après les avis des experts, l’utilisation réfléchie et modérée des e-cigarettes est une courtoisie envers les autres. Dans les médias, on lit et on entend régulièrement que les e-cigarettes polluent l’air ambiant avec des poussières fines. Les particules comprennent à la fois les particules solides manifestement nocives de la fumée de combustion (comme les cigarettes, les moteurs diesel, et les émissions industrielles) et les gouttelettes liquides totalement inoffensives du brouillard produit par les e-cigarettes et les inhalateurs d’asthme. La mise en garde contre les particules provenant des e-cigarettes doit donc être considérée comme trompeuse pour la population.