L’hôpital Lariboisière met en place son dossier informatisé unique du patient

Pierre Fernet, Coordonnateur de la Commission des Systèmes d’Information des CHU
mars 10, 2017
La technologie RFID au sein de l’Hôpital du futur
mars 10, 2017

Dans le cadre d’une initiative qui touche toute l’Assistance publique, l’hôpital Lariboisière a servi de site pilote pour déployer une solution capable d’agréger l’ensemble des informations médicales et administratives sur ses patients, entièrement basée sur les technologies du Web. Le centre hospitalier a retenu MiddleCare, une solution développée par la société de services Lincoln. Conçue en grande partie en environnement Microsoft .NET, MiddleCare joue le rôle “d’agent de liaison” entre les applications “métier” existantes et le portail qui agrège les données du patient.“MiddleCare® est plus qu’un outil d’agrégation des données patient. C’est une solution qui optimise notre organisation, nous permet de gagner en visibilité et répond aux problèmes de gestion et de réglementation auxquels les hôpitaux de l’Assistance Publique sont aujourd’hui confrontés”. Professeur Isaac Azancot, cardiologue, président de la commission informatique et réseaux de l’hôpital Lariboisière, en charge du projet de dossier informatisé unique du patient.

Comme la plupart des centres hospitaliers, l’hôpital Lariboisière est doté d’une informatique qui ne lui permet pas de disposer d’une vision unique de ses patients. “Les appareils médicaux émettent des informations dans un format souvent spécifique à leur constructeur, le médecin dicte ses conclusions, la secrétaire tape le rapport, puis le document est imprimé et part en signature avant d’être distribué à qui de droit. Il est ensuite photocopié et archivé. C’est comme cela que nous fonctionnions, explique le professeur Isaac Azancot, cardiologue en charge du projet “dossier unique patient”. Mais c’est aussi comme cela que fonctionnent aujourd’hui la plupart des centres hospitaliers. “Les informations sont éparpillées dans les services et les applications. C’est clairement une organisation improductive. De surcroît, nous n’avons pas de traçabilité ni de visibilité par patient”, ajoute le cardiologue.

Une solution peu onéreuse, adaptée aux non informaticiens

“L’agrégation des données n’était pas notre seule contrainte, précise le professeur Azancot. Depuis la loi du 4 mars, les patients doivent pouvoir accéder rapidement à leur dossier. Nous avions donc besoin d’outils de recherche, de traçabilité mais également de statistiques pour pouvoir suivre plus précisément nos activités et imputer, par exemple, l’usage d’un matériel lors d’un acte médical dans notre gestion des stocks. Nos moyens financiers et nos ressources humaines en informatique sont, en outre, limités. Nous avons donc tout de suite écarté l’option d’une solution client/serveur, trop chère en déploiement et en coûts de maintenance, au profit des technologies issues du monde de l’Internet. Enfin, les médecins ne sont pas des informaticiens, il nous fallait donc des interfaces simples mais également adaptées à la logique de nos métiers et à notre contexte culturel”.

Conçu sur mesure à partir d’une base existante, MiddleCare est un logiciel intermédiaire (middleware) qui s’appuie, côté poste client, sur un “client Web léger”. Très riche en fonctionnalités, il interprète les formats existants, tel le format DICOM de l’imagerie médicale, pour ensuite les afficher dans le portail. La consultation, mais également la saisie d’informations – comme le compte-rendu d’un acte médical – se font à l’aide de formulaires au sein du navigateur. Ces formulaires ont été conçus avec les personnels hospitaliers afin de parvenir à un outil parfaitement adapté à leurs besoins, que le médecin peut directement mettre en place ou enrichir, sans recourir à des services informatiques. Afin de limiter la saisie de texte libre, le médecin dispose de cases à cocher, de listes déroulantes et d’outils de sélection. Les informations sont stockées dans une base de données relationnelle en XML, format qui favorise l’exploitation des informations par d’autres applications.

Une sécurité accrue avec Microsoft .NET

“L’usage du client léger par MiddleCare a joué un rôle dans notre choix, souligne le professeur Azancot, mais ce n’est pas la seule raison. Nous avons réellement bâti cette solution ensemble et elle dépasse aujourd’hui largement la simple agrégation des données liées au patient”. En fait, MiddleCare dialogue avec la plupart des applications utilisées par les hôpitaux de l’Assistance publique et gère le format HL7, propre aux échanges médicaux. “En d’autres termes, et parce que les applications sont interconnectées et toutes les données centralisées, nous pouvons désormais analyser nos dossiers et élaborer des statistiques sur les associations entre comportements de vie et maladie par exemple, ou encore gérer automatiquement l’approvisionnement de nos stocks pharmaceutiques. Nous disposons d’un véritable outil de travail collaboratif qui contribue à une meilleure productivité et grâce auquel chaque intervenant peut accéder aux informations dont il a besoin dans le respect, bien entendu, des droits qui lui sont attribués”.

La mise en œuvre du dossier informatisé unique du patient repose en effet sur un système de sécurité très élaboré. “La gestion des accès fait partie des raisons qui nous ont poussés à utiliser Microsoft .NET, explique Benoît Barral, Président Directeur Général de la société Lincoln, afin de bénéficier des fonctions avancées de Windows Server 2003 en matière de sécurité. Avec .NET, les sources sont en outre compilées, donc mieux protégées. Enfin, grâce à la programmation orientée objet, nous avons conçu des composants complètement réutilisables et optimisé l’ouverture de la plate-forme”. Aujourd’hui en cours de déploiement dans les services de l’hôpital, le portail est également disponible sur poste de travail mobile relié au serveur central par une connexion sans fil Wi-Fi. Les médecins peuvent ainsi saisir les informations lors des visites des patients hospitalisés sur des ordinateurs portables sans fil. Prochaine évolution : l’ouverture du portail aux médecins traitants via Internet afin de faciliter le partage d’informations entre l’hôpital, le patient et son médecin traitant.