Infection urinaire ou mycose : comment les reconnaître ?

Infection urinaire ou mycose

L’infection vaginale (candidose) et l’infection des voies urinaires (cystite) sont deux affections courantes chez les femmes, mais chacune touche une zone différente et a des traitements très différents. Cependant, certains symptômes et certaines causes peuvent être similaires, c’est pourquoi ils sont souvent confondus. Voulez-vous savoir lesquels sont identiques et comment les distinguer ?

L’inconfort dans la zone génitale d’une femme peut être un problème très inconfortable, mais est malheureusement fréquent. Les femmes gardent souvent cela pour elles, trouvant gênant d’en parler avec des amis, des partenaires ou de demander l’aide d’un professionnel. Cette pudeur a pour conséquence d’aggraver la situation en ne traitant pas l’infection à temps. 

La douleur, les démangeaisons et/ou la sensation de brûlure dans le vagin peuvent avoir différentes causes. Parfois, c’est une sensation momentanée, parfois elle peut être permanente, et parfois elle devient insupportable. La première chose qui est recommandée est d’aller voir un médecin : ce professionnel vous fera passer les tests appropriés et prescrira un médicament pour guérir votre infection.

Infection vaginale ou infection urinaire ?

Une infection vaginale, également appelée candidose, est causée par un champignon naturellement présent dans le corps, généralement dans la bouche ou les intestins. Le système immunitaire empêche généralement le Candida (le nom du germe) de se multiplier et de causer des troubles à la personne. Ce genre d’infection peut se produire lorsque notre système immunitaire est faible.

Une infection des voies urinaires, également connue sous le nom de cystite, est une autre pathologie très courante affectant la vessie. Bien qu’elle puisse également se produire chez les hommes. L’infection urinaire est plus fréquente chez les femmes dans la mesure où elles ont un urètre plus court. Cette infection est une inflammation aiguë de la vessie causée par une bactérie, généralement Escherichia Coli, présente dans le côlon.

Lorsque cette bactérie se développe, elle peut pénétrer dans les voies urinaires et atteindre la vessie, provoquant une cystite. Environ 60 % des femmes ont au moins une cystite au cours de leur vie.

Des symptômes similaires

Bien qu’il s’agisse de deux infections bactériennes qui ont des traitements différents, elles ont en commun certains symptômes qui rendent leur distinction difficile.

Le symptôme principal et le plus caractéristique de l’infection urinaire est qu’elle donne la sensation de vouloir uriner tout le temps même lorsqu’il n’y a pas d’urine dans la vessie. En outre, elle démange et brûle lorsque vous urinez. D’autres symptômes courants sont la rougeur de la vulve, les démangeaisons vaginales, la couleur anormale de l’urine et/ou l’apparition possible de sang dans l’urine.

Dans des situations plus graves, de la fièvre peut apparaître, indiquant que l’infection a atteint les reins. Des nausées, des vomissements et des douleurs dorsales peuvent également survenir.

Le symptôme le plus courant d’une infection vaginale est une démangeaison extrême dans et autour du vagin. Les autres symptômes sont les suivants : irritation, rougeur et gonflement de la vulve, sensation de brûlure pendant les rapports sexuels ou lors de la miction, pertes vaginales aqueuses, épaisses, blanches et/ou nauséabondes.

Comment lutter contre ces infections ?

Les infections urinaires peuvent être évitées. Les principaux conseils sont de boire beaucoup d’eau, de ne pas retenir sa respiration, et d’uriner après chaque rapport sexuel. Un autre conseil donné par les professionnels est de s’essuyer avec du papier toilette de l’avant vers l’arrière après être allé aux toilettes. Cette infection est traitée par des antibiotiques oraux. Il existe également un traitement pour l’infection urinaire sans ordonnance. Il empêche les bactéries de se fixer aux muqueuses et décroche celles déjà fixées.

En revanche, le traitement de l’infection vaginale se fait avec des antifongiques, il peut être sous forme de crème ou d’ovules (capsules qui sont introduites par le vagin). Pour les prévenir, il est important d’éviter l’humidité dans la région, l’utilisation inutile d’antibiotiques et un lavage vaginal excessif. Il est également recommandé d’utiliser chaque jour un hydratant apaisant pour protéger la peau autour de la zone vaginale.

Avec un traitement sous contrôle médical approprié, la candidose et ses symptômes peuvent être soulagés en trois jours. Pendant la grossesse ou l’allaitement, il est conseillé de consulter votre médecin pour voir quels sont les remèdes les mieux adaptés à votre situation.