Les vertus de l’Aloe Vera sur la santé

L’Aloe, parmi les nombreuses plantes de cette planète, possède certainement une histoire millénaire fascinante attestée par de nombreux textes anciens qui documentent son utilisation et ses caractéristiques thérapeutiques. Jusqu’à ce jour, l’aloe vera conserve sa nature vertueuse et est utilisé partout dans le monde.

Aloe vera : des vertus qui ont traversé l’histoire

Une plante définie d’immortelle par les anciens Égyptiens, elle était semée à l’entrée des pyramides pour indiquer le chemin des Pharaons vers la terre des morts. Également utilisé comme ingrédient dans la préparation de substances d’embaumement, l’aloès, tant en Égypte que dans l’ancienne Mésopotamie, était cultivé principalement à des fins thérapeutiques. Les anciens Égyptiens, inventeurs du lavement, l’utilisaient toujours comme entéroculture purgative en l’associant à d’autres herbes. On sait également que les anciens Assyriens ingéraient le jus de Sibaru ou Siburu (Aloès) pour résoudre les désagréments dus à l’ingestion et à la formation de gaz intestinaux.

Dans la culture maya, le Hunpeckin-ci (Aloès) était considéré comme un merveilleux remède contre les maux de tête. Le jus était préparé en infusion et bu dilué avec de l’eau, tandis que les femmes mayas frottaient du gel (au goût amer prononcé) sur leurs seins pour imposer le sevrage à leurs enfants (Roys, Ralph L., 1931, “The Ethnobotany of the Maya” – Nouvelle-Orléans : Tulane University, Department of Middle American Research).

Au 1er siècle avant J.-C, Dioscoride, un médecin grec au service de l’Empire romain, et Pline l’Ancien, auteur du célèbre traité « Historia Naturalis », ont tous deux décrit les utilisations thérapeutiques du jus d’aloès pour traiter les blessures, les maux d’estomac, la constipation, les piqûres d’insectes, les maux de tête, la calvitie, les irritations de la peau, les problèmes buccaux et autres désagréments.

En ce qui concerne toujours les témoignages historiques, il est intéressant de noter ce que Christophe Colomb, lors de son voyage vers le Nouveau Monde, a noté dans son journal : « Tout va bien, il y a de l’Aloès à bord ».

Il ne fait aucun doute que différentes civilisations et différents peuples ont attribué à cette plante des pouvoirs également « magiques », « superstitieux » et « ésotériques » ; par exemple, selon un texte cunéiforme akkadien d’il y a plus de 4000 ans, en plaçant l’aloès devant l’entrée de nombreuses maisons, notamment de construction récente, elle assurait une longue vie et la prospérité de ses habitants. Cependant, même aujourd’hui, en Égypte, elle est toujours considérée comme un protecteur et un porteur de bonheur lorsqu’elle est placée à la maison. Attacher un nœud rouge autour de la plante sert à invoquer l’amour, tandis qu’un nœud vert invoque la chance.

Cette courte trace historique, qui comprend également des aspects liés à la superstition, montre comment l’aloès fait partie de la médecine populaire dans l’histoire de l’humanité depuis plus de quatre mille ans. Aujourd’hui, après avoir été relégué à une position de second ordre, comme cela s’est produit pour la plupart des plantes médicinales en raison d’une utilisation généralisée des médicaments modernes, l’aloès est revenu pour faire parler de lui et en particulier à partir de 1851, lorsque deux chercheurs, Smith et Stenhouse, ont isolé un principe actif aux propriétés laxatives qu’ils ont appelé aloïne ; mais ce n’est qu’en 1935 — année où Creston Collins et son fils ont révélé dans un rapport devenu célèbre par la suite l’utilisation possible de l’aloès pour surmonter les effets dévastateurs des radiations — que de nombreux scientifiques ont envisagé une étude plus approfondie de cette plante miraculeuse.

Lorsque le pharmacien texan Bill Coats, à la fin des années 1950, a réussi à stabiliser la pâte à papier par un procédé naturel, les portes se sont enfin ouvertes à la commercialisation industrielle des produits à base d’aloès. Auparavant, les limites étaient fixées par le problème de l’oxydation du jus, qui ne se conservait pas longtemps, s’altérant rapidement une fois extrait à froid de la plante. Certains chercheurs ont tenté de résoudre le problème en exposant le gel aux rayons ultraviolets, mais ce processus a modifié sa composition chimique. Ils ont également essayé de pasteuriser le gel à des températures supérieures à 60 °C après avoir ajouté du peroxyde d’hydrogène, mais cette tentative a également échoué. Bill Coats a été le premier à réaliser un procédé pour préserver les enzymes et les vitamines présentes dans l’aloès ; ce procédé consistait à incuber le gel avec l’ajout de vitamine C (acide ascorbique), de vitamine E (tocophérol) et de sorbitol.

Classification de l’aloe vera

En 1950, le Dr GW. Reynolds a classé au moins 350 espèces d’aloès et il existe aujourd’hui plus de 600 variétés de plantes du genre Aloès de la famille des Liliacées, plus précisément classées comme Aloacées. 125 espèces ont été cataloguées uniquement en Afrique du Sud (y compris le Swaiziland et le Lesotho), tandis que les autres sont réparties dans d’autres régions du continent africain, Israël, l’Inde, le Pakistan, le Népal, la Chine, la Thaïlande, le Cambodge, les Caraïbes, l’Espagne, Cuba, l’Amérique centrale et du Sud, l’Amérique du Nord (Texas et Floride) et le Mexique. Sa souche originale se trouve donc en Afrique d’où elle a ensuite été distribuée dans le monde entier. Son habitat est typique des zones arides et désertiques et peut atteindre des hauteurs allant de quelques centimètres à vingt mètres, selon les espèces. Il convient de préciser qu’en botanique, il est d’usage d’appeler une plante par le nom attribué par le dernier savant ; pour donner un exemple, l’Aloe Barbadensis ou Barbados, de Miller, est le nom actuel de l’Aloe vera de Linnæus et de l’Aloe Vularis de Lamarck.

Ce terme (« Allo eh » en arabe, « Halal » en hébreu, « Alo hei » en Chine, Aloe dans les pays occidentaux) vient de la racine grecque « Als » ou « Alos », qui signifie substance amère, salée comme l’eau de mer. Ses fleurs vont du blanc verdâtre, par exemple, à l’Aloe Integra du Swaziland, qui fleurit d’octobre à décembre ; du rose orangé de l’Aloe Zebrina (distribué au Botswana, en Namibie, en Angola et au Zimbabwe), avec une floraison de janvier à mars et de novembre à décembre, selon le climat, au rose plus intense, avec tendance au rouge, de l’Aloe Peglerae présent dans le Magaliesberg, Witwatersberg (Petroria), avec une floraison de juillet à août.

Parmi les diverses et surprenantes caractéristiques, désormais connues, de l’aloès pour son usage topique et interne, il n’est pas surprenant de le voir classé parmi les plantes domestiques anti-polluantes, avec la capacité de libérer de l’oxygène et d’absorber du dioxyde de carbone même la nuit. Les trois espèces les plus connues sont : l’Aloe Vera Barbadensis, l’Aloe Arborescens Miller et l’Aloe Ferox. Il faut dire tout d’abord que l’Aloe Vera, ainsi baptisé et décrit par Linné, l’Aloe Barbadensis de Miller, et l’Aloe Vulgaris de Lamarck sont la même plante.

L’aloe vera Barbadensis donne son nom aux îles de la Barbade, mais il est également présent dans le reste des Antilles, dans les Caraïbes et surtout sur la côte nord-est de l’Afrique, d’où il s’est probablement répandu.
L’Aloe Barbadensis peut atteindre une hauteur maximale de 60-90 cm et vit généralement 5 ans. Ses feuilles épineuses peuvent atteindre une longueur de 40-50 cm, avec une largeur à la base variant de 6 à 10 cm. Ces feuilles, tachetées pendant la croissance, prennent une couleur verte uniforme à l’état adulte, recouverte d’un film protecteur qui permet à la plante de filtrer l’air et l’eau. Sous cette membrane, on trouve une première couche cellulosique qui contient des cristaux d’oxalate de calcium et les cellules péricycliques de l’Aloïne, l’exsudat jaune-rose aux propriétés laxatives. Dans cette triple protection végétale, on trouve le parenchyme, un tissu incolore constitué du gel très recherché de la plante. La qualité de ce dernier dépend beaucoup du type de climat et d’irrigation.

L’Aloe Mutabilis présente les caractéristiques suivantes : son tronc peut dépasser deux mètres de hauteur ; les feuilles vont du gris – vert au vert clair et peuvent atteindre une longueur de 50, 60 cm. Son pays d’origine est l’Afrique du Sud. Aussi appelé Aloe del Capo (Aloès du Cap), il pousse à l’état sauvage dans la province du Cap, au KwaZulu-Natal, au Mpumalanga et dans le nord de la province, au Mozabico, au Zimbabwe et au Malawi. Aujourd’hui très répandue dans diverses régions du globe, cette espèce fleurit de mai à juillet et ses fleurs peuvent être jaunes, roses ou oranges. Comme elles contiennent peu d’eau, les feuilles ont plus de principes actifs.

L’Aloe Ferox est très robuste et sa hauteur varie de 2 à 5 mètres pour les plantes plus âgées. Ses feuilles, très charnues, ont une tendance de couleur allant du vert au gris — vert, avec des épines plus foncées que la feuille. Il possède des inflorescences dressées, avec 5 à 12 fleurs roses — corail — disposées verticalement sur une seule tige. Généralement confondue avec d’autres espèces (A. Marlothii, A. Spectabilis), elle fleurit de mai à août (dans les zones les plus septentrionales, au contraire, de septembre à novembre). Il est également originaire d’Afrique australe et est particulièrement répandu dans les zones arides de la province du Cap (est et ouest), dans le sud du kwaZulu-Natal et dans certaines régions du sud-ouest du Lesotho.

Propriétés thérapeutiques de l’Aloe Vera

À ce jour, au moins 160 principes actifs naturels aux propriétés immunisantes, nourrissantes, reconstituantes, analgésiques, antiphlogistiques et purifiantes sont attribués à l’aloès. Son principal ingrédient actif reste un mucopolysaccharide, appelé Acemannan, aux propriétés immunostimulantes, capables d’augmenter d’au moins dix fois l’activité des macrophages (phagocytes) qui détruisent les toxines et, semble-t-il, aussi les tumeurs.

L’aloès est considéré par beaucoup comme un puissant énergisant, principalement connu pour sa propriété d’inhibition de la douleur ; en fait, lorsqu’il est appliqué localement, il pénètre toutes les couches du derme, bloquant les enzymes qui provoquent l’inflammation et la réduisant. Il a un effet antibiotique universellement connu et est capable d’agir sur le cholestérol. Excellent hépatoprotecteur, il nettoie et purifie le sang dans le foie. Il s’est avéré extrêmement utile dans le cas de patients souffrant du SIDA et du V.I.H., améliorant leur qualité de vie en rétablissant l’équilibre des lymphocytes T et B. Lors d’une conférence tenue à Bruxelles en 1990 (Conférence internationale sur la recherche antivirale), certains chercheurs affirment avoir testé l’Acemannan sur des chats souffrant de leucémie féline et avoir obtenu 80 guérisons.

Une des vertus de l’aloe vera aussi c’est qu’il stabilise et régule les fonctions de l’organisme, en réactivant les capacités intellectuelles, même à un âge avancé.

Il contient également au moins trois acides gras anti-inflammatoires (cholestérol, campestérol, et B-sistostérol) ayant une action sur le système digestif et les organes importants tels que l’intestin, l’estomac, le côlon, le foie, les reins et le pancréas (stimulerait la production d’insuline). La présence d’acide folique, un facteur vitaminique du complexe B qui maintient la peau et les cheveux en bonne santé, s’est avérée efficace dans le traitement de diverses anémies. Parmi les composants de l’aloès, on trouve le lupéol qui agit également comme analgésique et est également un agent antimicrobien.