Quels sont les effets secondaires des ipp ?

Paranoïa dûe à la Marijuana : une maladie rare mais grave.
juillet 27, 2020
ipp

Depuis leur apparition sur le marché français en 1989, les médicaments inhibiteurs de la pompe à protons ont été prescrits à maintes reprises. Ils sont notamment indiqués dans le traitement de divers troubles digestifs tels que les brûlures d’estomac ou le reflux gastro-œsophagien. Cependant, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer les effets secondaires indésirables engendrés par un tel traitement.

Quid des médicaments inhibiteurs de la pompe à protons ?

Également désignés par l’acronyme IPP, les médicaments inhibiteurs de la pompe à protons sont conçus pour réduire la sécrétion d’acide gastrique. Ils se déclinent en cinq molécules différentes : l’oméprazole, le lansoprazole, le pantoprazole, le rabéprazole et l’ésoméprazole. L’usage des médicaments inhibiteurs de la pompe à protons chez les adultes est généralement préconisé contre divers troubles de la digestion dont :

  • le traitement du reflux gastro-œsophagien ;
  • l’ulcère gastroduodénal ;
  • l’acidité gastrique ;
  • l’éradication de la bactérie Helicobacter pylori.

Cependant, divers experts dénoncent les dangers possibles d’un traitement IPP. C’est notamment le cas du journaliste scientifique Julien Venesson. Sur son site internet, il met en exergue les effets secondaires des médicaments inhibiteurs de la pompe à protons en s’appuyant sur les dernières études médicales.

De possibles effets délétères sur la santé

Selon un rapport de L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament, ou ANSM, pas moins de 15,8 millions de patients se sont vu prescrire un traitement IPP pendant l’année 2015. Ce chiffre conséquent est pour le moins alarmant quand on sait les possibles effets secondaires indésirables provoqués par les médicaments inhibiteurs de la pompe à protons. Le risque est particulièrement accru chez les personnes âgées ainsi que chez celles qui suivent un traitement au long cours. Pour comprendre les risques inhérents à la prise d’un tel remède, il est nécessaire de revenir sur la manière dont il opère au niveau de l’organisme. La formule des médicaments inhibiteurs de la pompe à protons agit pour bloquer la production d’acide chlorhydrique. Cette action anti-inflammatoire et anti-sécrétoire soulage les troubles digestifs ainsi que les brûlures d’estomac. Toutefois, si les symptômes sont soulagés, la cause du problème n’est pas traitée. De ce fait, les patients peuvent recourir à une telle médication des années durant et être exposés à l’esomeprazole danger.

Quels sont les effets secondaires observés ?

La prise de médicaments inhibiteurs de la pompe à protons peut avoir des répercussions négatives sur la santé. Parmi les esomeprazole effets secondaires, citons :

  • Un apport insuffisant en vitamines et en minéraux : les inhibiteurs de la pompe à protons sont accusés de favoriser les carences en vitamine B12 et C. Un taux insuffisant en fer et en magnésium a également été observé chez les personnes suivant un tel traitement.
  • Un risque d’ostéoporose et de fractures : les inhibiteurs de la pompe à protons ont un impact négatif sur l’absorption du calcium et entraîneraient la fragilisation des os. D’après une étude anglaise, près de 13 000 fractures osseuses ont été diagnostiquées chez des personnes de plus de 50 ans ayant suivi ce type de médication.
  • Une modification de la flore intestinale : la réduction des sécrétions acides due à la prise d’inhibiteurs de la pompe à protons favoriserait la survenue d’infections intestinales.
  • Une augmentation des AVC et des infarctus : les inhibiteurs de la pompe à protons auraient un impact négatif sur la santé cardiaque. Leur utilisation accroîtrait entre 16 et 21 % le risque d’infarctus du myocarde.
  • Davantage d’insuffisance rénale : une étude réalisée en 2016 a démontré que le risque de développer une insuffisance rénale était 96 % fois plus élevé chez les patients qui suivent un traitement IPP.
  • Des troubles de l’érection : les inhibiteurs de la pompe à protons entraîneraient des perturbations au niveau de la production d’oxyde nitrique. Or, ce gaz joue un rôle essentiel dans la fonction érectile.

Inhibiteurs de la pompe à protons : quelles sont les alternatives ?

Face aux effets secondaires indésirables susceptibles d’être provoqués par les inhibiteurs de la pompe à protons, il est préférable de se tourner vers des solutions alternatives. Pour lutter contre les problèmes d’acidité gastrique, il est possible d’utiliser les médicaments anti-H2 tels que la nizatidine ou la cimétidine. Pour soulager rapidement une digestion difficile, vous pouvez aussi recourir à des remèdes naturels qui ont fait leurs preuves. Ainsi, le bicarbonate de soude est un anti-acide réputé pour son efficacité. Pour combattre le reflux, pensez à utiliser des solutions à base de plantes tel un gel d’aloe vera.