Études médicales : quelle école choisir ?

Les soins dentaires sous sédation consciente
janvier 23, 2019
La téléconsultation est-elle remboursée par l’assurance maladie ?
février 8, 2019
etudes médicales

Les études de médecine sont réputées difficiles ; elles requièrent une forte motivation et une bonne capacité de travail. Même si ces études débutent pour la grande majorité des étudiants par une année de concours à l’université, certains accès sans concours existent.

Une première année de médecine, avec ou sans concours

Si pour certains métiers du secteur médical la formation peut être dispensée au sein d’écoles de santé, pour devenir médecin, chirurgien-dentiste, pharmacien ou sage-femme, la voie universitaire s’impose.

Généralement, les bacheliers entament leurs études à la faculté de médecine par une 1re année commune aux études de santé (la PACES), destinée à la préparation des concours d’admission en 2e année. Néanmoins, le numerus clausus, déterminé chaque année par arrêté ministériel, rend le concours très sélectif. À peine 30 % des candidats de première année poursuivent leur 1er cycle.

Pour contourner la PACES, plusieurs voies alternatives ont vu le jour. Certaines universités ont ainsi créé des voies d’admission parallèle directement en 2e ou 3e année de médecine. En outre, le gouvernement projette de réformer l’accès à la filière et de supprimer la PACES et le numerus clausus à la rentrée 2020.

Enfin, certains organismes tels que l’ESEM France (École supérieure d’études médicales) proposent des programmes d’enseignement médical ou paramédical au sein d’universités européennes partenaires.

La voie classique des études médicales

Les études suivies à la faculté de médecine sont longues en fonction de la spécialité choisie. Elles sont aujourd’hui organisées en 3 cycles.

Ainsi pour ceux qui ont passé le concours de fin de 1re année avec succès, les deux années suivantes du 1er cycle aboutissent au diplôme de formation générale en sciences médicales (DFGSM). Le 2e cycle, d’une durée de 3 ans, est, quant à lui, sanctionné par le diplôme de formation approfondie en sciences médicales (DFASM) reconnu de niveau Master. À la fin du cycle, les étudiants passent les épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) qui mènent au choix de leur spécialité. La durée du 3e cycle, appelé aussi Internat, est variable (de 3 à 6 ans en moyenne). La formation initiale s’achève par l’obtention du diplôme d’État de docteur en médecine (DE), parfois complété par un diplôme d’études spécialisées (DES).

Les voies alternatives sans concours

Afin d’éviter les déconvenues de la PACES, certaines universités ont mis en place différents dispositifs permettant à des étudiants issus d’une autre licence d’intégrer la faculté de médecine. A savoir, la Licence adaptée (ou Alter PACES) qui permet de sélectionner sur dossier des étudiants de licence dotés d’excellents résultats, le PluriPASS qui propose un cursus pluridisciplinaire, en deux ans, avec des matières communes aux études de santé et la PACES adaptée (ou PACES One) qui tend à garantir l’égalité des chances entre nouveaux étudiants et redoublants.

D’autres écoles font valoir la reconnaissance des diplômes d’États européens pour soutenir leurs étudiants en formation médicale et proposent, à l’instar de ESEM France, un cursus international dans l’une de leurs universités partenaires de l’Union européenne. La sélection des candidats, qu’ils aient ou non effectué une première année de médecine, est faite sur dossier et lettre de motivation.