Introduction à IHE

Le CHU d’Angers déploie son Système d’Information Médical et de Soins
mars 10, 2017
Réformes et informatique
mars 10, 2017

IHE (Integrating the Healthcare Enterprise) n’est pas un standard ou une norme supplémentaire qui viendrait compléter une liste déjà bien longue. Bien au contraire, IHE s’inscrit dans le prolongement des standards existants (HL7, DICOM, etc) pour en définir les usages, les pratiques et les modes d’intégration dans les systèmes d’information de santé. L’initiative est née aux États-Unis en 1997 pour améliorer les échanges de données en radiologie. Arrivé dans l’Hexagone dès 2001, le mouvement a rapidement dépassé son cadre initial et couvre aujourd’hui un spectre plus large (laboratoire, cardiologie, dossier patient, infrastructure technique, etc). Ce cercle continue de s’agrandir et s’intéresse à de nouvelles disciplines, comme la pharmacie par exemple. Concrètement, IHE réunit utilisateurs et industriels pour identifier et résoudre les problèmes d’interopérabilité entre les systèmes d’information internes et externes d’un établissement. L’enjeu est de définir un cadre cohérent pour organiser les échanges de données et les process entre les professionnels de santé. IHE définit donc des profils d’intégration et organise chaque année des plates-formes de test (baptisées « Connect-a-thon ») pour valider la conformité des solutions du marché avec ces profils.

L’objectif d’IHE ne s’arrête donc pas à une approche seulement théorique. Les spécificités définies par IHE ont vocation à être intégrées et déployées sur le terrain. Pour la radiologie, les éditeurs les ont largement implémentées au sein de leur offre, mais il reste encore du chemin à parcourir dans les autres disciplines. L’investissement nécessaire freine encore les éditeurs à passer le cap. La situation pourrait néanmoins rapidement évoluer avec l’arrivée du DMP, qui s’appuie sur un certain nombre de profils IHE, notamment pour le partage et l’indexation des documents (profil XDS) ou pour la publication des comptes rendus de laboratoires. De la même façon, le profil « Patient Administration Management », mis à niveau pour prendre en compte les besoins autour de la T2A devrait lui aussi rencontrer un certain succès.