Comment devenir infirmière libérale ?

Interruption volontaire de grossesse : guide en ligne
mai 5, 2020
Bienfaits de Ginseng
Ginseng : les bienfaits de cette racine
juin 2, 2020
infirmière

Depuis ces dernières années, de plus en plus de personnes choisissent de se lancer dans la profession d’infirmière libérale. En effet, plusieurs professionnels de ce secteur préfèrent aujourd’hui s’installer en profession libérale pour différentes raisons. Certains veulent plus d’autonomie, d’autres souhaitent s’éloigner du stress des institutions hospitalières. Néanmoins, différentes formalités sont prévues à cet effet et pour aider les intéressés à mieux cerner le sujet, quelques informations s’avèrent utiles.

Obtenir le diplôme et les expériences nécessaires

Pour les étudiants intéressés de devenir un jour un infirmier ou infirmière, tout d’abord la première étape à franchir consiste à obtenir le diplôme d’infirmière diplômée d’État (IDE). Pour ce faire, une formation de 3 ans dans un institut de formation en soins infirmiers (IFSI) est nécessaire. Dans cette optique, l’intéressé peut suivre les enseignements théoriques dans un établissement public généralement rattaché à un CHU. Il peut également choisir un établissement privé à l’instar des IFSI de la Croix Rouge Française. De la même manière, il peut faire les stages aussi bien dans une institution publique que privée. Et à l’issue de cette formation, il est ensuite nécessaire d’acquérir les expériences nécessaires avant d’assurer un exercice libéral. En effet, il doit avoir au moins 24 mois d’expériences dans un établissement de soins ou en milieu hospitalier durant les 6 dernières années. Toutefois, 36 mois d’expérience sont nécessaires dans le cas où l’intéressé n’a pas exercé au cours des 6 années passées. Découvrez ici plus d’informations sur le sujet : infirmière libérale : avantage et inconvénient.

Choisir le lieu d’installation

Avant de commencer à exercer en tant qu’infirmière libérale ou IDEL, il est nécessaire de bien définir le lieu d’exercice. En ce sens, l’intéressé peut opter soit pour une zone sur-dotée soit pour une zone sous dotée. Toutefois, s’installer dans les zones qualifiées de sur-dotées présentent certaines restrictions et soumises à certaines règles, par rapport aux communes les moins pourvues. En ce sens, l’installation dans les villes sur-dotées ne sera possible que si un IDEL cesse son activité. Dans ce cas, une commission examine alors l’acceptation ou non du dossier de demande d’exercice. Par contre, l’installation de nouveaux infirmiers libéraux dans les villes dites sous dotées est beaucoup plus facile. Comme évoqué dans l’article intitulé « infirmière libérale : avantages et inconvénients », être un infirmier ou infirmière permet d’obtenir le droit à des aides. Cela concerne entre autres les aides des collectivités, les aides rattachées à la création d’entreprise, etc.

Les démarches administratives

Pour concrétiser le projet d’être un infirmier ou une infirmière d’État, la dernière étape à respecter concerne les diverses formalités administratives. Dans cette optique, il faut enregistrer son diplôme au sein de l’Agence Régionale de Santé pour obtenir un numéro ADELI. L’intéressé doit également s’inscrire auprès de l’ordre national des infirmiers ou mettre à jour son statut. Par la suite, il est nécessaire de s’enregistrer à la CPAM du département d’exercice pour obtenir la carte professionnelle de santé. Cela sera utile pour le remboursement des soins. En outre, il doit se souscrire à une assurance responsabilité civile et professionnelle pour commencer à exercer. De plus, il est également primordial de déclarer son début d’activité au plus tard dans les 8 jours suivants. Bref, après accomplissement de ses différentes conditions, il peut alors choisir d’exercer au sein d’une institution déjà existante ou bien monter son propre cabinet.