Quels sont les avantages des diagnostics individualisés en immunoncologie?

La situation de l’approche immunothérapeutique est actuellement considérée comme très prometteuse et tournée vers l’avenir dans le traitement du cancer. Certaines entités tumorales ont déjà fait de grands progrès ces dernières années, en particulier le mélanome malin ou le cancer du poumon non à petites cellules. Bien que l’idée de permettre au système immunitaire du patient de participer activement au projet de lutte contre les tumeurs malignes ne soit pas nouvelle, l’immuno-oncologie en est encore largement à ses débuts en raison de sa complexité. Cependant, le développement de certaines entités tumorales a déjà fait des bonds importants ces dernières années.

Quel patient peut en bénéficier ?

Ce dernier est particulièrement remarquable, car, en particulier dans le cas des carcinomes pulmonaires, la durée de survie à 5 ans n’a pratiquement pas augmenté depuis plus de 40 ans. La situation a connu une grande évolution : des recherches sont menées dans le monde entier par des professionnels et plusieurs agents immunothérapeutiques sont désormais bien ancrés dans la pratique clinique quotidienne. Or, ces médicaments innovants sont coûteux et peuvent provoquer un nombre disproportionné d’effets secondaires, en particulier pour les non-répondants.

La charge de mutation est en corrélation avec le succès thérapeutique

Les marqueurs de surface sur les cellules tumorales qui jouent un rôle décisif dans ce processus, dont le PD-L1 (Programmed Death Ligand 1) est l’un des rares à être assez bien étudié par les professionnels aujourd’hui. Ce marqueur conduit au fait que les lymphocytes T potentiellement cancéreux sont pratiquement ralentis. Les anticorps thérapeutiques qui s’arriment aux récepteurs PD1/points de contrôle des lymphocytes correspondants, suppriment cette inhibition afin que les cellules T puissent à nouveau exercer leur effet de destruction de la tumeur. Par conséquent, plus l’expression de PD-L1 d’un malignome est élevée, plus les cellules tumorales sont vulnérables et plus l’immunothérapie est efficace. La sélection basée sur le PD-L1 augmente donc le bénéfice dans la population cible, avec une valeur de plus de 50% (score de proportion de tumeur / TPS) prédisant notamment une forte probabilité de succès.

Des biomarqueurs valides pour un nombre croissant d’indications

Un autre indicateur de l’efficacité de ce blocus PD1/PD-L1 est le niveau de la charge de mutation. Cela expliquerait également pourquoi le mélanome malin et le carcinome pulmonaire en particulier répondent de manière disproportionnée à l’immunothérapie – après tout, ce sont des cancers qui sont déclenchés par les rayons UV, la consommation de nicotine et d’autres agents nocifs et qui sont donc affectés par des mutations d’une fréquence supérieure à la moyenne. Cependant, il existe également des entités dans le côlon, l’utérus ou le carcinome de l’estomac qui présentent un nombre étonnamment élevé de mutations. L’emploi du diagnostic individuel et de la thérapie immunologique pourraient être envisagés pour 6 à 12 indications aujourd’hui.

Importance élevée des tests PD-L1 dans le NSCLC

L’évolution des critères de diagnostic individuel des différentes entités tumorales dans son domaine est toujours en discussion. Il est toutefois incontestable que le “nouveau” biomarqueur PD-L1 s’est révélé être une valeur prédictive clinique robuste et fiable pour les substances anti-PD-1/PD-L1. La réponse des patients à l’inhibiteur de la PD-1, le pembrolizumab, est en corrélation avec l’expression de la PD-L1 dans le CPNPC, des seuils de positivité de 1 % et 50 ayant été établis en moyenne de manière prospective. Dans la monothérapie de première ligne du cancer du poumon à petites cellules métastatique avec le pembrolizumab, le score de proportion de la tumeur dans le test obligatoire PD-L1 = 50 e. Dans la thérapie de deuxième ligne, le TPS peut également être sensiblement plus faible. Les résultats seront de toute façon positifs. La prévalence de la PD-L1 dans les CPNPC est de 65 à 70 %, dont environ 30 % de TPS = 50 %.

L’oncologue obtient une image complète de la tumeur

Le diagnostic individuel immunohistologique serait relativement facile et rapide à réaliser et son emploi serait bien établi dans le laboratoire de pathologie. Le fait que l’âge de l’échantillon ne joue pas un rôle dans la détection de l’expression qui facilite l’application de la méthode en routine clinique et augmente son utilité. Il en va de même pour le fait qu’il n’y a que des différences mineures entre la tumeur primaire et les métastases dans l’expression de la PD-L1. Cependant, le professionnel a besoin d’un peu de formation pour être capable d’attribuer les différentes intensités de coloration aux niveaux de coupure respectifs. En conclusion, les professionnels ont plaidé pour une harmonisation plus poussée des systèmes de diagnostic ainsi qu’une certification complète dans le cadre du projet d’assurance qualité en pathologie.