De l’espoir pour les malades d’Alzheimer

De l’espoir pour les malades d’Alzheimer et notamment les seniors ? Une étude des scientifiques du DZNE suggère une nouvelle approche de la maladie d’Alzheimer. Dans des études sur des souris, les chercheurs ont découvert que le blocage d’un récepteur cérébral spécifique normalisait les fonctions cérébrales et améliorait les performances de la mémoire.

Astrocytes pourrait aider à soulager les symptômes de la maladie.

Une étude des scientifiques du DZNE suggère une nouvelle approche de la maladie d’Alzheimer. Lors des études menées sur des souris, les chercheurs ont constaté que le blocage d’un récepteur cérébral spécifique normalisait les fonctions cérébrales et améliorait les performances de la mémoire. Le récepteur se trouve sur des cellules non neuronales en forme d’étoile qui sont impliquées dans le contrôle de l’activité cérébrale et du flux sanguin. On les appelle “astrocytes”. Les résultats sont publiés dans le Journal of Experimental Medicine (JEM).

La maladie d’Alzheimer est une maladie du cerveau courante et jusqu’ici incurable qui provoque une démence à un stade avancé. Les mécanismes qui la sous-tendent ne sont pas encore entièrement compris. Il semble qu’un certain nombre de facteurs interagissent dans cette maladie. Il s’agit notamment de réactions inflammatoires ainsi que de modifications dommageables du flux sanguin et de l’activité des cellules cérébrales.

“Le cerveau contient différents types de cellules comme les neurones et les astrocytes”, explique le Dr Nicole Reichenbach, chercheuse au DZNE et premier auteur de l’étude publiée dans le JEM. “Les astrocytes soutiennent le fonctionnement du cerveau et influencent la transmission dite synaptique, c’est-à-dire la communication entre les neurones, en libérant une multitude de substances messagères. En outre, ils régulent le métabolisme du cerveau et contribuent à la régulation du flux sanguin dans le cerveau. ”

Perturbations de l’activité des réseaux.

Les astrocytes sont comme les neurones, organisés en réseaux pouvant comprendre des milliers de cellules. “Il est important pour le fonctionnement du cerveau que ces réseaux coordonnent leurs activités. C’est comme un orchestre symphonique. Les instruments doivent être accordés correctement et les musiciens doivent rester dans le temps pour jouer la bonne mélodie”, déclare le professeur Gabor Petzold, chef de groupe de recherche au DZNE et responsable de l’étude actuelle. “Il est intéressant de noter que l’une des principales tâches des astrocytes s’en rapproche beaucoup : ils contribuent au bon équilibre dans le cerveau. En effet, ils contribuent à maintenir les neurones en bonne santé et à préserver la fonction des réseaux neuronaux. Mais dans la maladie d’Alzheimer, l’activité de ces réseaux est perturbée. De nombreuses cellules sont hyperactives, notamment les neurones et les astrocytes. Les découvertes sur la fonction des astrocytes ainsi qu’un effet ciblé sur ces troubles du réseau offrent donc un grand potentiel pour le traitement de la maladie d’Alzheimer. ”

Le traitement des astrocytes a permis de soulager les problèmes de mémoire.

Dans une étude en laboratoire, Petzold et ses collègues ont testé cette approche sur des souris. En raison d’une prédisposition génétique, les animaux ont développé certains signes de la maladie d’Alzheimer, qui se manifestent de manière similaire chez l’homme. Il s’agissait de dépôts pathologiques de protéines – les “plaques bêta-amyloïdes” – et d’activités de réseau anormales dans le cerveau. De plus, la capacité d’apprentissage et la mémoire étaient altérées. Dans leur étude, les scientifiques du DZNE ont ciblé un récepteur de la membrane cellulaire appelé P2Y1R, que l’on trouve principalement sur les astrocytes. Dans des études antérieures sur des modèles murins de la maladie d’Alzheimer, Petzold et ses collègues avaient découvert que l’activation de ce récepteur provoque l’hyperactivité des astrocytes. Les chercheurs ont maintenant pris le chemin inverse : ils ont traité les souris avec différents antagonistes P2Y1R. Ces composés chimiques peuvent se lier au récepteur et donc l’éteindre. Le traitement a duré plusieurs semaines.

“Nous avons constaté qu’un traitement à long terme avec ces agents normalisait l’activité du réseau du cerveau. La capacité d’apprentissage et la mémoire des souris se sont également considérablement améliorées”, a déclaré M. Petzold. Un groupe de contrôle composé d’animaux sains a également été traité. Chez eux, le traitement n’a pas eu d’effet manifeste sur l’activité des astrocytes. “Cela suggère que l’inhibition du récepteur P2Y1R est très spécifique. S’il n’y a pas d’hyperactivité pathologique, l’activité du réseau n’est pas atténuée.”

Nouvelles approches pour la recherche et la thérapie ?

Il s’agit d’une étude expérimentale et actuellement non transférable directement aux patients humains. Cependant, nos résultats suggèrent que les astrocytes pourraient ouvrir de nouvelles possibilités de traitement de la maladie d’Alzheimer. Ils sont d’importants garants de la santé neuronale et du fonctionnement normal du réseau”, a déclaré M. Petzold en résumant les résultats. Dans le cadre de futures études, les scientifiques veulent maintenant identifier d’autres cibles potentielles de médicaments dans les astrocytes et d’autres cellules.