Les différentes familles d’herpès et leurs répercussions sur la santé

Il existe différents principaux types d’herpès, et bien que certains soient similaires, il est important de connaître les variétés et de demander de l’aide pour les premiers symptômes. Il existe huit herpèsvirus différents qui peuvent provoquer des maladies chez l’homme. Parmi eux, les herpès de type 1, 2 et 3 provoquent des lésions cutanées similaires qui peuvent réapparaître après une période variable d’absence de symptômes. L’herpès de type 1 est responsable de l’apparition de boutons de fièvre, qui se caractérisent par une rougeur, une sensation de brûlure et de petites bulles remplies de liquide clair, généralement dans la région de la lèvre ou à l’intérieur de la bouche.

Le premier contact avec le virus

En général, le premier contact avec le virus se produit pendant l’enfance, en raison des sécrétions orales provoquées par la toux et les éternuements. Ensuite, le virus se loge dans un neurone et peut y rester tout au long de la vie de l’individu sans provoquer de symptômes, dans un état que nous appelons latence. Cependant, elle peut se réactiver et provoquer à nouveau des symptômes, notamment en cas de diminution de l’immunité. 

L’herpès de type 2, en revanche, est le principal responsable de l’herpès génital. Nous remarquons également des rougeurs, des brûlures et de petites bulles avec un liquide clair dans la région de la vulve, du pénis ou de l’anus, ou dans des régions telles que les fesses et l’aine. En général, le premier contact avec le virus se produit à l’adolescence ou au début de l’âge adulte et les lésions peuvent être intenses au point de provoquer une sensation de brûlure à l’urination et une gêne qui empêche les relations sexuelles. En outre, la présence de lésions d’herpès de type 2 augmente le risque de contagion d’autres infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH (virus causant le sida). Après le premier contact, certaines personnes présentent des images répétées d’herpès, ce qui caractérise l’herpès génital récurrent. Il y a même ceux qui signalent des déclencheurs bien identifiés de cette manifestation, comme l’exposition au soleil, le stress, la période périmenstruelle, etc.

Dans ces cas, ce qui se produit est une réactivation du virus qui était latent, sa multiplication et son transport du neurone à la peau et l’apparition de lésions. Ce tableau est considéré comme bénin et peut être résolu en 5 à 7 jours sans qu’un traitement spécifique ne soit nécessaire.

L’utilisation de médicaments

Cependant, l’utilisation de médicaments contre l’herpès de type 1 ou de type 2 au début du traitement peut raccourcir les symptômes, voire bloquer l’apparition des vésicules. En outre, pour les personnes qui ont des épisodes très fréquents d’herpès, l’utilisation quotidienne et continue de médicaments contre le virus peut prévenir la récurrence de la maladie et réduire sa transmission. L’herpès de type 3 est mieux connu sous le nom de virus de la varicelle. L’infection initiale se produit souvent pendant l’enfance par contact avec les sécrétions buccales et est suivie du tableau classique de la varicelle, avec des lésions rougeâtres dispersées dans tout le corps et de petites cloques avec un liquide clair. Le virus de la varicelle établit également une latence dans les neurones et peut être réactivé des années plus tard, cette fois avec des rougeurs, des douleurs intenses et des cloques limitées au territoire correspondant au nerf affecté. La répartition des lésions cutanées est assez caractéristique de cette maladie, communément appelée “cuivrée”, ou herpès-zoster. Dans ce cas, un traitement antiviral est facilement indiqué pour accélérer la guérison et réduire la douleur. Cependant, même avec un traitement, il y a des personnes qui restent avec une douleur difficile à contrôler plusieurs mois ou années après la résolution des lésions cutanées. Il existe des vaccins pour prévenir à la fois la varicelle et le zona. Malheureusement, la vaccination contre le zona n’est pas encore disponible sur certains réseaux publiques. En ce qui concerne l’herpès de type 1 et de type 2, il n’existe pas encore de vaccin pour protéger contre l’infection. L’infection du virus herpèsvirus hsv dans les cellules cmv de type virale détient un traitement. Comme la varicelle ebv. La maladie provoquée est donc une signe de virus. La santé a un risque de transmission cellulaire.