Paranoïa dûe à la Marijuana : une maladie rare mais grave.

Ce que vous devez impérativement éviter lorsqu’un stimulateur cardiaque est sur vous
juillet 27, 2020
ipp
Quels sont les effets secondaires des ipp ?
juillet 29, 2020

Oubliez toutes les histoires sur le caractère agréable et relaxant de la consommation de cannabis : parfois, allumer un joint peut provoquer une maladie sévère : une marijuana paranoïa. Il ne s’agit pas seulement d’un léger état d’agitation, mais de véritables crises de panique. La paranoïa liée à la marijuana est extrêmement rare et difficile à vivre.

Marijuana paranoïa, comment se manifeste-t-elle ?

Cette maladie se manifeste par une grave psychose : palpitations accrues, raideur musculaire, paranoïa et panique profonde. C’est ainsi que les quelques témoins racontent l’expérience d’anxiété causée par une canne, et les symptômes rappellent incroyablement une crise de panique.

Certes, la consommation des cannabinoïdes peut prévenir des maladies comme la dépression, les convulsions, l’agitation, le cancer, etc ; cependant la consommation abusive du cannabis peut provoquer l’effet contraire. Ce n’est pas un hasard si l’utilisation des CBD est prescrite comme traitement palliatif et alternatif pour les états d’anxiété les plus graves. Ce qui peut arriver est ce qu’on appelle “l’effet de paradoxe”. Un médicament créé pour combattre des symptômes spécifiques est, dans certains cas, un puissant catalyseur.

L’étude des chercheurs et les témoignages de fumeurs ont montré que la dépendance à la marijuana présente des effets secondaires sur la santé que ce soit mentale ou physique : évanouissement, perte de conscience, paranoïa, dépression, etc.

Qu’est-ce qui provoque la paranoïa liée au cannabis ?

On ne sait pas encore exactement ce qui provoque la redoutable paranoïa de la marijuana, mais les chercheurs sont d’accord sur un point : ce n’est pas la marijuana elle-même qui provoque ces états anxiogènes, mais sa combinaison avec nos gènes.

Selon les recherches développées par l’Université de Californie dans le département de psychiatrie et de sciences du comportement biologique à Los Angeles, la corrélation cause-effet est plus complexe. Il ne s’agit pas seulement de fond génétique ou de facteurs de risque, mais de leur combinaison avec des facteurs environnementaux. Les cannabinoïdes sont également produits de manière minimale par notre cerveau, et il n’est pas invraisemblable de penser qu’ils peuvent interagir avec les cannabinoïdes libérés par la ganja, s’annihilant mutuellement.

Dans ce cas, une personne anxieuse commencera à ressentir un état croissant de profonde agitation, culminant en une perte de conscience ou une torpeur profonde.

Les crises de panique liées à la marijuana toucheraient principalement les personnes souffrant de dépression ou de fréquentes crises de panique.

Comment ne pas tomber sous le risque de la paranoïa de la marijuana ?

Savoir que nous sommes en pleine crise de panique liée à la marijuana est certainement la première étape pour la contrer.

Se mettre en tête que c’est un effet causé par une réaction chimique simple et pure aidera notre cerveau à rester rationnellement calme (autant que possible).

Sachant que le taux de THC atteint le pic sanguin dans les 20 minutes environ, les effets d’anxiété les plus pertinents seront localisés dans les 30 minutes suivant la prise du cannabis et s’arrêteront 3 ou 4 heures plus tard. Après cette période, les effets (aussi agréables ou désastreux soient-ils) diminueront considérablement, alors ne vous inquiétez pas : quoi que vous viviez, sachez que cela passera bientôt.

La première chose à faire pour calmer votre anxiété est de garder votre esprit occupé, en le distrayant autant que possible. Allez à la cuisine et faites-vous une limonade fraîche. Le corps en mouvement commencera à brûler plus rapidement les substances psychoactives, tandis que le citron (qui contient des terpènes) aidera à calmer l’anxiété.

Prenez une douche tiède et essayez de vous concentrer sur les actions présentes : vous concentrer sur autre chose vous aidera à surmonter l’inconfort du moment.