Pré-diabète : ce qu’il faut savoir avant qu’il ne soit trop tard

Les avantages d’une cure détox au printemps
mai 15, 2019
La spiruline : l’algue 100 % bienfaits
mai 15, 2019

De nombreuses personnes ignorent encore l’existence de la notion de pré-diabète. Certaines personnes n’ont jamais entendu parler de cette pathologie. Avant de parler du pré-diabète, on va expliquer, c’est quoi le diabète.

Qu’est-ce que le diabète ?

Le diabète est une maladie due par un excès de sucre dans le sang. C’est une maladie chronique qui se caractérise par un dysfonctionnement dans l’utilisation des sucres apportés par les aliments. Ce trouble entraîne l’augmentation du taux de glucose dans le sang appelée aussi hyperglycémie. Les glucides sont des sources d’énergie pour le corps. Lorsqu’on mange des aliments riches en glucide, le taux de glycémie dans le sang s’élève. Le pancréas secrète l’insuline permettant au glucose d’entrer dans les cellules de l’organisme. L’insuline assure le rôle de transformation des glucoses pour diminuer le taux de sucre dans le sang. Pour les personnes diabétiques, on constate un déséquilibre de l’insuline, qui n’arrive plus à faire son rôle efficacement. Ainsi, le diabète se caractérise par une accumulation de sucre dans le sang. Il convient de consulter un médecin si vous pensez avoir du diabète. Un examen sanguin reste indispensable pour connaître le taux de sucre dans le sang. Le diabète est une pathologie qui ne guérit pas. Les diabétiques font en général une analyse de glycémie pour contrôler la maladie. Si vous n’êtes pas encore touchée par la maladie, un examen sanguin, vous permet de mesurer le taux de glycémie dans votre sang. Vous êtes atteint par le diabète si les résultats font apparaître une glycémie à jeune égale ou supérieure à 1,26 g/l. Connaitre les symptômes et les signes du diabète reste utile pour prévenir les complications. Il existe en principe deux types de diabètes à savoir le diabète de type 1 et le diabète de type. 2. Le diabète de type 1, connu sous le nom de diabète insulinodépendant se caractérise par le dysfonctionnement des îlots pancréatiques, qui ne secrètent plus de l’insuline. La cause de cette destruction peut être une prédisposition familiale. Cette pathologie touche en général les enfants et les jeunes. Le diabète de type 2 a pour principale cause le choix de vie comme le surpoids lié à une absence d’activité physique et une alimentation déséquilibrée. On le rencontre généralement chez les personnes âgées. L’hérédité est aussi un facteur de risque d’un diabète de type 2. Les symptômes des deux types principaux de diabète sont généralement une soif intense, une faim et des urines fréquentes, de la fatigue, ou bien un amaigrissement rapide, une blessure qui se cicatrise difficilement.

Comment identifier un pré-diabète ?

Comme son nom l’indique, c’est une phase intermédiaire qui précède le diabète. Il peut donc se transformer en diabète de type 2 s’il n’est pas contrôlé. Le glucose pénètre de moins en moins dans les cellules parce que  les ilots pancréatiques perdent petit à petit la capacité de produire de l’insuline. Le taux de glycémie dans le sang de la personne touchée augmente. À la longue, ces îlots sont détruits et conduisent à un diabète de type 2. Il se caractérise par un taux de glycémie élevé, mais pas suffisamment élevé pour parler de diabète. On a déjà avancé un peu plus haut le taux de sucre d’une personne diabétique. Pour une personne atteinte de pré-diabète, le taux de glycémie à jeune se trouve entre 1,1 et 1,24 g /litre de sang. Elle court beaucoup de risque de devenir diabétique.

Les signes d’un pré-diabète

Les médecins parlent d’intolérance au glucose. Il arrive que cette phase ne fasse pas apparaître des signes ou symptômes manifestes. Toutefois, on peut avancer quelques signes pour identifier si vous êtes pré-diabétique. Une soif fréquente sans causes extérieures peut être un signe. En fait, le dysfonctionnement des glandes entraîne une déshydratation. Parallèlement à cela, l’organisme rejette beaucoup d’urines pour se rejeter l’excès de sucre. Si vous avez soif plus d’une fois toutes les deux heures ou bien s’il arrive que la nuit vous urinez plus de deux fois, c’est un symptôme qui doit vous alerter. Un tour de taille élevé peut signer aussi un pré-diabète. Ces graisses marquent l’intolérance au glucose. Le déséquilibre des glandes entraîne une accumulation des graisses sur l’abdomen et la hanche et augmente le risque de pré-diabète. Il convient donc de surveiller votre tour de taille. L’hérédité reste un facteur de risque d’un pré-diabète. Le risque s’élève à 40 % si l’un des parents est diabétique, grimpe à 70 % si les parents sont tous deux atteints. Le moyen le plus sur pour prévenir un pré-diabète est d’effectuer un dosage de glycémie régulièrement. Un examen annuel est suffisant si les signes n’apparaissent pas encore. En principe, c’est le médecin qui prescrit la fréquence du test. Les troubles cardiovasculaires peuvent apparaître dès le pré-diabète qui indique les vaisseaux commencent à s’abîmer et entraîne un dysfonctionnement de la circulation du sang.

Quels sont les facteurs de risque d’un pré-diabète

Certaines catégories de personnes sont plus susceptibles de souffrir de pré-diabète. Les antécédents familiaux sont les facteurs importants de développement d’un pré-diabète. Les modes de vie présentent beaucoup de risques. Un mode de vie sédentaire favorise la maladie. La pratique d’une activité physique joue un rôle important pour notre santé que l’on soit diabétique ou non. Ce mode de vie se traduit par l’absence ou le manque d’exercice physique. L’obésité ou le surpoids est souvent associé à un pré-diabète. Ces problèmes de santé ne font qu’augmenter le risque de pré-diabète. Le manque d’exercice physique ne fait qu’augmenter l’intolérance au glucose, accélère l’apparition du diabète pour les pré-diabétiques. Les risques sont aussi plus élevés chez les personnes âgées. Après 40 ans, le médecin recommande un dosage de glycémie plus fréquente. Les femmes qui ont été atteintes d’un diabète gestationnel pendant la grossesse sont plus susceptibles aux risques de pré-diabète. Une alimentation riche en gras et en sucre favorise aussi le pré-diabète.

Quelles sont les précautions à prendre pour combattre le pré-diabète ?

Voici quelques conseils pour vous aider à prévenir cette maladie chronique. Les activités physiques sont des moyens efficaces pour lutter contre le pré-diabète. Un exercice physique régulier permet de promouvoir l’efficacité de l’insuline et pour perdre de poids. Les activités physiques aident les cellules à rejeter facilement les excès de glucose dans le sang. Elles retardent considérablement l’apparition du diabète permettant de prévenir les effets néfastes de la sédentarité. Au début, vous pouvez commencer par une activité physique de 2 à 3 h par semaine qui fera une grande différence. Une solution idéale pour perdre de poids, vous n’avez qu’à choisir une activité que vous aimez. Décider de changer son mode de vie implique de changer les habitudes alimentaires. Une alimentation saine et équilibrée fera l’affaire. Il faut rappeler que les glucoses proviennent des aliments que nous consommons. Pensez à diminuer ou bien bannir quelques aliments de votre régime. Si vous êtes en surpoids, il faudra manger moins d’aliments caloriques comme les aliments à haute teneur en gras. Faites des efforts pour manger rarement des aliments frits et sucrés. Vous devez privilégier les aliments riches en fibre pour réguler le taux de glycémie dans votre sang. On peut avancer les grains entiers ainsi que les légumineuses. Bannir les sucres et les grains raffinés et la malbouffe est fortement conseillé. Votre choix alimentaire reste une solution pour éviter la prise de médicaments.