Conseils sur la prévention et le traitement du mélasma

Le mélasma est un problème qui apparaît généralement ou s’aggrave pendant l’été. Et pire encore, la formation de ces zones d’ombre a un impact principalement sur l’estime de soi et la qualité de vie des personnes atteintes. Saviez-vous que l’aspect anti-esthétique des imperfections peut servir d’obstacle même pour les relations sociales, affectives et professionnelles ? Il n’est pas rare qu’une personne s’éloigne des environnements qu’elle fréquentait auparavant, surtout lorsque cela implique un ensoleillement direct. Il est difficile de traiter et de dissimuler ce problème. Cet article vous donne des conseils sur la prévention et le traitement du mélasme.

Traitements du mélasma : connaître le problème

Le mélasma est un trouble dermatologique, essentiellement de nature esthétique, auquel ne sont associés que des problèmes de santé d’ordre psychologique. C’est une maladie chronique et récurrente, plus fréquente chez les femmes en phase de reproduction, entre 20 et 50 ans. Elle est rare, mais peut aussi se manifester avant la puberté.

Les plus vulnérables sont les personnes ayant un teint plus foncé, comme les Africains, les personnes d’origine arabe, les Asiatiques et les Hispaniques, qui ont des mélanocytes plus actifs.

Il s’agit d’une hyperpigmentation de la peau, résultant d’un dépôt accru de mélanine, un pigment d’origine protéique, qui est responsable de cette coloration.

À quoi ressemble le mélasma ?

C’est une tache brunâtre ou gris-brun, plus fréquente sur le visage, dont la forme ressemble à celle d’une “carte” (asymétrique, avec des limites bien délimitées et des bords irréguliers). Mais elle peut également se produire sur d’autres parties du corps comme les bras, le cou et la nuque.

Sur le visage, les endroits où l’on observe le plus de taches de mélasma sont : les pommes, le front, le menton, la zone de la lèvre supérieure et les tempes.

Cependant, la taille des taches peut varier considérablement, et peut même prendre complètement le visage.

Classification des mélasmas

En observant la répartition de la mélanine à travers la tache, on distingue trois sortes de mélasmas. Il y a le mélasma épidermique qui se caractérise par la mélanogénèse. La couleur de la peau humaine est perçue dans sa partie la plus externe : l’épiderme, où se trouvent les mélanocytes. Lors d’une exposition aux UV, la mélanogénèse est augmentée par l’activation d’une enzyme clé : la tyrosinase. Le mélasma dermique qui se manifeste par l’augmentation de la pigmentation de la peau au niveau du derme. On peut également recontrer une association des mélasmas épidermique et dermique.

Les causes du mélasma

Les facteurs hormonaux et l’exposition au soleil figurent parmi les principaux déclencheurs, mais d’autres sont également liés. Il s’agit d’un problème multifactoriel, mais les causes de l’apparition du mélasma ne sont pas encore totalement connues. Ce qui est concret, c’est que l’exhibition aux UV stimule l’activité des mélanocytes.

Outre la lumière ultraviolette, principalement d’origine solaire, qui est invisible à l’œil humain, des études ont également enregistré que l’existence de la lumière visible, à un degré moindre, peut provoquer l’augmentation de la coloration caractéristique du mélasma.

Cette lumière visible est celle émise par l’écran d’ordinateur, la tablette, le téléphone portable et la télévision, les rayons laser ou les lampes fluorescentes.

Cependant, des études plus récentes suggèrent que d’autres cellules de la peau, comme les fibroblastes et les mastocytes, qui font partie du système de défense de l’organisme, pourraient être impliquées dans l’apparition du mélasma. Ainsi, le trouble est lié à des problèmes tels que l’inflammation.

Diagnostic de la maladie

Le diagnostic est basé sur une étude des antécédents personnels et familiaux du trouble. Elle prend en compte l’utilisation de contraceptifs oraux, le remplacement d’hormones, la grossesse, les habitudes d’exhibition au soleil, ainsi que l’évaluation clinique des taches et la gravité des lésions.

L’examen à la lampe de Wood est une ressource importante pour constituer le diagnostic et orienter le traitement, car il permet de définir la catégorie de lésion pigmentaire et son extension.

Il est toutefois important d’établir le diagnostic différentiel du mélasma avec certaines maladies inflammatoires qui provoquent également une hyperpigmentation du visage ou d’autres zones du corps, comme la dermatite de contact, l’acné, l’eczéma et la maladie d’Addison, une maladie qui affecte la production d’hormones par la glande surrénale.

Il faut également tenir compte du fait que l’hyperpigmentation peut être induite par l’utilisation de médicaments. Parmi eux, il convient de mentionner : les antibiotiques tels que la tétracycline et la cyclophosphamide, les antipaludéens et le chlorhydrate d’amiodarone indiqués pour les troubles cardiaques. Dans ces cas, cependant, les lésions ne sont généralement pas symétriques.

Dans de rares cas, il est essentiel d’envoyer un petit fragment de tissu avec un excès de mélanine à la biopsie pour différencier le mélasma des autres affections cutanées.

Prévention

Une attention continue et persistante est nécessaire pour éviter que la maladie ne se reproduise après le traitement.

Cela justifie l’utilisation quotidienne d’un écran solaire à large spectre contre l’action nocive des UV A et B.

Le facteur de protection solaire (SPF) normalement imprimé sur l’emballage du produit indique uniquement le degré de protection contre les UVB, qui atteignent les couches les plus superficielles de la peau et provoquent des brûlures, des rougeurs et des brûlures.

Contre les UVA, qui endommagent les couches profondes de la peau et sont des facteurs de risque de taches brunes, de vieillissement prématuré et de cancer de la peau, la mesure de protection est indiquée par l’acronyme PPD (Persistent Pigment Dark) ou UVA, suivi d’un chiffre (PPD 20 ou UVA 20, par exemple) ou de la répétition du signe (exemples : PPD ou UVA , PPD ou UVA ) sur l’étiquette du produit.

Par conséquent, les porteurs de mélasma doivent utiliser quotidiennement un écran solaire à large spectre avec un SPF égal ou supérieur à 30 et un indice PPD équivalent à au moins un tiers de la valeur du SPF (UVA ou UVA ).

Autre information importante, l’écran solaire doit être réappliqué toutes les deux heures si la personne reste à l’extérieur et chaque fois qu’elle a la peau mouillée ou transpire beaucoup.

Le mélasma peut régresser spontanément, très lentement, après l’accouchement ou lorsque l’utilisation de contraceptifs oraux est abandonnée.

Cependant, étant donné la nature récurrente de la maladie, il existe d’autres précautions qui peuvent accélérer le processus et prévenir les rechutes. La prévention reste, parmi toutes, le meilleur remède.

Traitements pour le mélasma

En plus de l’application systématique d’un écran solaire à large spectre, le traitement du mélasma comprend l’utilisation topique d’agents éclaircissants actifs. Ceux-ci favorisent le blanchiment progressif des taches causées par une production excessive de mélanine.

Il existe plusieurs substances qui peuvent réduire le niveau de coloration. Les principaux mécanismes d’action de ces substances résident dans le :

Voici les actifs utilisés par chacun des mécanismes d’action des traitements contre le mélasma.

>> Traitements du mélasma avec des inhibiteurs de la tyrosinase

Le tir est la cible la plus courante pour l’éclaircissement de la peau. Les inhibiteurs de la tyrosinase les plus courants sont des composés dérivés de la quinone, comme l’hydroquinone, mais il en existe déjà beaucoup d’autres.

>> Quinonas

L’hydroquinone est la norme conventionnelle dans le traitement de l’hyperpigmentation depuis plus de 40 ans. On retrouve cet atout dans le blé, la bière dans le café et les baies. En raison de sa forte agressivité, générant une perte de mélanocytes et une décoloration permanente, elle n’est plus la norme et a été interdite en Europe.

Actuellement, des substituts sont utilisés dans les formulations. Par conséquent, l’utilisation de cosmétiques contenant cet élément doit être accompagnée par un dermatologue.

>> L’arbutine et ses dérivés

L’un des substituts de l’hydroquinone est l’arbutine, son dérivé glycosylé que l’on trouve dans les canneberges, les myrtilles, le blé et les pois.

L’arbutine est moins toxique pour les tissus et inhibe la tyrosinase par liaison compétitive et réversible.

Dérivé synthétique de l’arbutine, la désoxyarbutine est efficace et moins cytotoxique que les actifs précédents.

La capacité d’inhibition de la tyrosinase est similaire à celle de l’hydroquinone et de l’arbutine, mais la désoxyarbutine agit également en réduisant la transcription du gène codant la tyrosinase.

>> Acide kojique

Il fait partie de ces actifs qui ne sont pas liés aux quinones et qui agissent en inhibant la tyrosinase. Il est isolé à partir de champignons du genre Acetobacter, Aspergillus et Penicillium. Bien que populaire dans le traitement du mélasma, il peut provoquer une sensibilisation, un érythème et une dermatite de contact.

>> Acide azélaïque

C’est un autre actif produit par le micro-organisme. Naturellement présent dans le blé, le seigle et l’orge, cet actif peut être produit par la levure Pityrosporum ovale et est généralement utilisé pour traiter l’acné, la rosacée, la coloration de la peau, les taches de rousseur, les naevus et les taches séniles. Il agit comme un inhibiteur compétitif.

>> Flavonoides

Enfin, bien que controversés, les actifs comme le flavonoïde méritent d’être mentionnés. Environ 4000 flavonoïdes ont été identifiés à ce jour, présentant une variété d’activités telles qu’anti-inflammatoire, séquestrant de radicaux libres et anti-cancérigène.

Certains de ces flavonoïdes, tels que l’aloèsine, les dérivés d’hydroxystylbène et l’extrait de réglisse, sont utilisés dans des formulations éclaircissantes pour la peau.

L’aloèsine, par exemple, est capable d’inhiber la tyrosinase de manière compétitive.

Les hydroxysistilbènes, dont le représentant le plus connu est le resvératrol, peuvent réduire l’activité de la tyrosinase.

L’extrait de liqueur a également la capacité d’inhiber la tyrosinase.

La controverse sur l’utilisation de composés de la catégorie des flavonoïdes comme actifs éclaircissants réside dans le fait que certains flavonoïdes favorisent l’action inverse, c’est-à-dire qu’ils favorisent la mélanogénèse. Quelques exemples de flavonoïdes paradoxaux sont la naringénine, la quercétine, la lutéoline et la taxifoline.

Autres produits d’éclaircissement

Des études sont en cours pour détecter de nouvelles cibles pour l’éclaircissement de la peau.

Les tables qui se sont révélées réfractaires à l’application locale d’agents blanchissants et au peeling superficiel peuvent faire appel aux thérapies laser, visant la rupture des grains de mélanine qui seront réabsorbés et éliminés par les cellules du corps.

Les traitements à base d’agents éclaircissants, de peeling ou de laser peuvent toutefois déclencher des effets secondaires indésirables. Ils doivent donc être suivis de près par le dermatologue qui a prescrit le médicament.

Inhibition du transfert de mélanine vers l’épiderme

Une étape critique de la coloration est le transfert des mélanosomes aux kératinocytes.

Il est suggéré que le récepteur 2 activé par la protéase (PAR-2) joue un rôle important dans ce transfert, de sorte que l’activation du PAR-2 implique une hyperpigmentation accrue.

On pense que les extraits de soja et le lait de soja ont la capacité d’inhiber le PAR-2, en agissant comme des agents éclaircissants pour ce mécanisme.

La niacinamide est un autre actif dont le mécanisme d’action semble inhiber le transfert des mélanosomes aux kératinocytes. Ce composé est la forme biologiquement active de la vitamine B3. Les lécithines et leurs conjugués ont également une conséquence similaire.

Traitements du mélasma par peeling de la peau et accélération du renouvellement cellulaire

Les agents chimiques qui favorisent la desquamation de l’épiderme sont également utilisés dans le but de réduire les taches, car ils éliminent les kératinocytes.

Certains de ces acides, tels que le glycolique et le linoléique, ont non seulement une capacité d’exfoliation, mais sont également capables d’inhiber la tyrosinase.

On pense que les acides rétinoïdes agissent sur la transcription de la tyrosinase, la réduisant ainsi que l’acide octadécénodioïque.

Contrairement aux acides gras insaturés, ceux saturés tels que le palmitique et le stéarique ont la conséquence inverse, augmentant l’activité de la tyrosinase et la synthèse de la mélanine.

Antioxydants : traitements contre le mélasma

L’idée d’utiliser des antioxydants pour éclaircir la peau vient de l’hypothèse selon laquelle le stress oxydatif généré par le rayonnement UV contribue à l’activation de la mélanogénèse.

On sait que le rayonnement UV induit la formation d’espèces réactives de l’oxygène (ROS) dans la peau.

Les agents antioxydants peuvent également interagir avec l’enzyme tyrosinase, empêchant sa polymérisation pour la formation de mélanine. De plus, les antioxydants peuvent réduire la photo-oxydation de cette dernière. Les vitamines E, C et B font partie des antioxydants contenus dans les formules éclaircissantes. 

Contrôle : soins accrus en été

Dans le traitement du mélasma, l’attention doit être doublée entre dix heures du matin et quatre heures de l’après-midi, période pendant laquelle l’émission de UV qui endommagent la peau est plus importante.

L’écran solaire doit être utilisé toute la journée, tous les jours et pas seulement lors des moments de loisir à la plage ou à la piscine.

Même par temps nuageux, il faut l’appliquer, car les UV peuvent briser la barrière imposée par les nuages et tacher la peau. Le secret est d’augmenter la protection, en combinant des filtres solaires physiques et chimiques.  Les filtres solaires physiques sont les vêtements, les chapeaux, les pare-soleil, les lunettes de soleil et les parapluies, de préférence recouverts de substances spécifiques pour diffuser les rayons ultraviolets.

Et aussi les pigments présents dans certains écrans solaires, qui forment littéralement une barrière physique contre les rayons du soleil, augmentant ainsi la protection des filtres chimiques.

Ainsi, l’application d’un écran solaire à large spectre avec une couleur de base sur le visage, en plus de normaliser l’aspect de la peau et de protéger contre l’action nocive des UVB et UVA, présente un autre avantage : la couleur fonctionne comme une deuxième barrière de protection contre les dommages causés, également, par la lumière visible qui se répand dans les environnements fermés où la climatisation fonctionne.