Hépatite B…la maladie silencieuse

Le virus de l’hépatite B est plus fréquent et beaucoup plus contagieux que le virus du VIH. De nombreux Brésiliens sont porteurs de ce virus, mais ils ne soupçonnent même pas qu’ils vivent avec. La plupart du temps, les porteurs ne le découvrent que lorsque leur foie est déjà détruit, avec un diagnostic de cirrhose ou de cancer de l’organe. Apprenez-en d’avantage sur cette maladie qui touche silencieusement environ 2 millions de Brésiliens.

Comment la maladie est-elle transmise ?

L’hépatite B est transmise par un virus lors de rapports sexuels, de la mère au fœtus ou par le sang. La maladie touche des millions de Brésiliens, mais le groupe qui présente la plus forte incidence de la maladie est celui des manucures et des femmes qui se font les ongles dans des salons de beauté.

Les manucures travaillent avec des équipements qui provoquent des blessures et la plupart d’entre eux ne sont pas correctement stérilisés. Ils sont donc plus exposés au virus en entrant en contact avec du sang contaminé. Pour éviter les problèmes, de nombreux clients choisissent d’apporter leur propre matériel au salon de beauté. Malgré cela, la contagion peut se produire, si le manucure ne se lave pas les mains et n’utilise pas de gants.

Dans les zones très endémiques, l’hépatite B se transmet le plus souvent de la mère à l’enfant à la naissance (transmission périnatale) ou par transmission horizontale au sein des ménages (exposition au sang infecté), en particulier d’un enfant infecté à un enfant non infecté au cours des cinq premières années de la vie. Le développement de l’infection chronique est très fréquent chez les nourrissons infectés par leur mère ou avant l’âge de 5 ans. La transmission de la maladie de la mère à l’enfant est plus fréquente chez les enfants dont la mère présentait elle-même une charge virale élevée du VHB. En l’absence d’interventions préventives, le risque de transmission de la mère à l’enfant varie de 70 % à 90 % pour les mères HBeAg-positives (qui ont généralement une charge virale du VHB plus élevée).

L’hépatite B se transmet aussi par les piqûres d’aiguilles, les tatouages, les piercings et l’exposition à du sang ou à des liquides biologiques infectés comme la salive, les écoulements menstruels, les sécrétions vaginales ou le liquide séminal. Une transmission sexuelle de l’hépatite B est aussi possible, notamment pour les hommes non vaccinés ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes et pour les individus hétérosexuels ayant des partenaires sexuels multiples ou des contacts avec des travailleurs du sexe.

Chez l’adulte, une infection par le VHB débouche sur une hépatite chronique dans moins de 5 % des cas, tandis que chez les nourrissons et les jeunes enfants, elle provoque l’apparition d’une forme chronique de la maladie dans environ 95 % des cas. Le virus peut aussi se transmettre lors de la réutilisation d’aiguilles ou de seringues en milieu de soins ou chez les consommateurs de drogues injectables. En outre, des infections peuvent survenir au cours d’interventions médicales, chirurgicales ou dentaires ou encore lors de l’utilisation de rasoirs ou d’objets similaires, contaminés par du sang infecté.

Le virus de l’hépatite B peut survivre à l’extérieur de l’organisme pendant 7 jours au moins. Au cours de cette période, il peut encore provoquer une infection s’il pénètre dans l’organisme d’une personne non protégée par le vaccin. Ce virus a une période d’incubation qui est de 75 jours en moyenne, mais peut varier de 30 à 180 jours. Il peut être détecté dans les 30 jours à 60 jours suivant l’infection et persister dans l’organisme en donnant lieu à une hépatite B chronique.

Qu’arrive-t-il au porteur du virus ?

La plupart du temps, le virus pénètre dans l’organisme et est éliminé naturellement, seuls 5 porteurs du virus développent la maladie qui est absolument asymptomatique. Comme il n’y a pas de symptômes, il est fréquent que le porteur vive avec le virus sans le savoir, ce qui fait que l’hépatite B est découverte trop tard, lorsque la seule option thérapeutique est la transplantation du foie.

La plupart des individus nouvellement infectés ne manifestent aucun symptôme. Néanmoins, certaines personnes présentent une affection aiguë, avec des symptômes qui persistent pendant plusieurs semaines, notamment un jaunissement de la peau et des yeux (ictère), une coloration sombre des urines, une fatigue extrême, des nausées, des vomissements et des douleurs abdominales. Un groupe plus restreint d’individus atteints d’hépatite aiguë peut évoluer vers une insuffisance hépatique aiguë potentiellement mortelle.

Le virus de l’hépatite B peut aussi provoquer une infection chronique du foie, susceptible d’évoluer ultérieurement en cirrhose (foie cicatriciel) ou en cancer hépatique.

Quel est le traitement ?

Étant donné que, dans la plupart des cas, l’hépatite B est découverte lorsque le foie du porteur est déjà compromis, la seule issue est la transplantation d’organes. Le problème est qu’il n’y a pas de foie disponible pour tous les patients. En revanche, dans les cas où la maladie est diagnostiquée plus tôt, le traitement, qui est coûteux et prend du temps, se fait avec un antiviral.

Il n’existe pas de traitement spécifique contre l’hépatite B aiguë. Par conséquent, les soins visent à préserver le confort du malade et un équilibre nutritionnel adéquat, notamment par un remplacement des pertes liquidienne dues aux vomissements et aux diarrhées. Le plus important est d’éviter toute médication inutile. Il ne faut pas administrer de paracétamol ni d’antiémétiques.

Les infections chroniques par le virus de l’hépatite B peuvent être traitées par des médicaments, notamment des agents antiviraux par voie orale. Ce traitement peut ralentir la progression de la cirrhose, réduire l’incidence des cancers du foie et améliorer la survie à long terme. Seule une proportion limitée des personnes porteuses d’une hépatite B chronique (estimée entre 10 % et 40 % selon le contexte et les critères fixés pour bénéficier du traitement) devra être traitée.

L’OMS recommande l’utilisation de traitements oraux, ténofovir ou entécavir, comme médicaments les plus puissants pour supprimer le virus de l’hépatite B. Ils entraînent une pharmacorésistance plus rarement que d’autres médicaments, sont simples à prendre (1 pilule par jour) et, n’ayant que peu d’effets secondaires, ne nécessitent qu’une surveillance limitée.

L’entécavir est passé dans le domaine public. tous les pays à revenu faible ou intermédiaire pouvaient se procurer légalement ce médicament sous forme générique, mais à un coût et avec une disponibilité très variables. Le ténofovir n’est plus protégé par aucun brevet où que ce soit dans le monde.

Chez la plupart des individus, le traitement ne parvient cependant pas à guérir intégralement l’infection à VHB et se contente de supprimer la réplication de ce virus. Par conséquent, les personnes qui entament un traitement contre l’hépatite B devront le poursuivre à vie.

L’accès au diagnostic et au traitement de l’hépatite B reste limité dans de nombreuses zones disposant de faibles ressources. Sur plus de 250 millions de personnes vivant avec une infection par le VHB, 10,5 % (27 millions) avaient connaissance de leur infection. Parmi les personnes diagnostiquées, la moyenne mondiale de la couverture par le traitement était de 16,7 % (représentant 4,5 millions d’individus). De nombreuses personnes ne sont pas diagnostiquées avant que la maladie hépatique atteigne un stade avancé.

Parmi les complications à long terme des infections par le VHB, les cirrhoses et les carcinomes hépatocellulaires entraînent des charges de morbidité importantes. Les cancers du foie progressent rapidement et comme les options thérapeutiques sont limitées, l’issue est généralement peu favorable. Dans les zones à faible revenu, la plupart des individus atteints d’un cancer du foie décèdent dans les mois qui suivent le diagnostic. Dans les pays riches, la chirurgie et la chimiothérapie peuvent prolonger la vie du malade pendant quelques années. Dans ces pays, une transplantation hépatique est parfois réalisée chez des individus cirrhotiques, avec un succès variable.

Qui risque de contracter une maladie chronique ?

La probabilité qu’une infection devienne chronique dépend de l’âge auquel la personne a été infectée. Ce sont les enfants infectés par le virus de l’hépatite B avant l’âge de 6 ans qui risquent le plus de développer une infection chronique.

Chez les enfants et les nourrissons:

  • 80 à 90 % des nourrissons infectés pendant la première année de vie présentent par la suite une infection chronique ; et
  • 30 à 50 % des enfants infectés avant l’âge de 6 ans sont dans ce cas.

Chez les adultes :

  • moins de 5 % des personnes, par ailleurs en bonne santé, infectées à l’âge adulte, présenteront par la suite une infection chronique ; et
  • 20 à 30 % des adultes atteints d’une infection chronique présenteront par la suite une cirrhose et/ou un cancer du foie.

Diagnostic

Il est impossible de différencier une hépatite B d’une hépatite causée par d’autres agents viraux sur la base des seuls éléments cliniques ; une confirmation en laboratoire du diagnostic est donc indispensable. Un certain nombre de tests sanguins sont disponibles pour diagnostiquer et réaliser le suivi des personnes atteintes d’une hépatite B. Ces tests peuvent aussi être utilisés pour distinguer une infection aiguë d’une infection chronique.

Le diagnostic en laboratoire de l’infection par l’hépatite B se concentre sur la détection de l’antigène de surface de l’hépatite B (HBsAg). L’OMS recommande que tous les dons de sang soient testés pour détecter l’hépatite B afin d’assurer la sécurité du sang et d’éviter la transmission accidentelle aux personnes qui reçoivent des produits sanguins.

Une infection aiguë par le VHB est caractérisée par la présence de l’antigène de surface HBs et de l’immunoglobuline M (IgM), constituée d’anticorps dirigés contre l’antigène de cœur, HBc. Au cours de la phase initiale de l’infection, les malades sont également séropositifs pour l’antigène e de l’hépatite B (HBeAg), lequel est habituellement un marqueur de l’intensité de la réplication du virus. Sa présence indique que le sang et les liquides biologiques du sujet infecté sont fortement infectieux.

Une infection chronique est caractérisée par la persistance de l’antigène HBs pendant au moins 6 mois (avec ou sans présence concomitante de l’antigène HBe). La persistance de HBsAg est le principal marqueur de risque pour l’apparition d’une maladie hépatique chronique et d’un cancer du foie (carcinome hépatocellulaire) plus tard la vie.

Comment prévenir l’hépatite B ?

L’hépatite B peut être évitée par la vaccination. Pour certains groupes, comme les médecins, les infirmières, les manucures, les techniciens de laboratoire, les prisonniers et les patients atteints de maladies chroniques à faible immunité, le vaccin est gratuit, offert par le SUS. Ceux qui ne font pas partie de ces groupes doivent payer le vaccin.

Dans tous les cas, il est nécessaire de prendre trois doses, ce qui peut être un facteur de complication, car de nombreuses personnes prennent la première dose, oublient les autres et ne sont donc pas immunisées.

Bien que l’hépatite B soit une maladie grave, elle n’est pas sous les feux de la rampe. Il est beaucoup plus courant de voir des campagnes de prévention pour le sida que pour l’hépatite B. Cela s’explique par le fait que le SIDA implique une discussion morale et constitue une maladie plus “intéressante” pour les médias, ce qui est extrêmement inquiétant. Peu de personnes sont correctement informées des risques que cette maladie peut entraîner, ce qui peut causer de terribles dommages à la population. C’est peut-être le moment de changer d’orientation.

Outre la vaccination des nourrissons et la prévention de la transmission de la mère à l’enfant, la mise en œuvre de stratégies en faveur de la sécurité transfusionnelle, comprenant notamment le dépistage de tous les dons de sang et des composants sanguins destinés à la transfusion, peut contribuer à prévenir la transmission du VHB. À l’échelle mondiale, 97 % des dons de sang avaient été analysés et pouvaient être considérés comme de qualité garantie, des lacunes persistent dans le contrôle des dons. La mise en œuvre des pratiques d’injection sans risque en éliminant les injections inutiles ou à risque peuvent constituer des stratégies de prévention efficaces contre la transmission du VHB. Le nombre d’injections à risque a régressé de 39 % en 2000 à 5 % en 2010, dans l’ensemble du monde. En outre, l’application de pratiques sexuelles à moindre risque, supposant notamment de limiter le nombre de partenaires et de recourir à des protections de type barrière (préservatifs) devrait contribuer à prévenir la transmission.

Les informations contenues dans cette page ne sont données qu’à titre indicatif. Ils ne remplacent pas les conseils et le suivi des médecins, nutritionnistes, psychologues, professionnels de l’éducation physique et autres spécialistes.