Mieux comprendre et appréhender la vaccination en quelques points essentiels

La vaccination peut protéger les enfants, les adolescents et les adultes contre les maladies en préparant les défenses de l’organisme contre certains agents pathogènes. En cas de contact ultérieur avec l’agent pathogène, l’organisme peut alors se défendre rapidement et efficacement.

Certains vaccins, par exemple contre la rougeole, les oreillons ou la rubéole, protègent généralement à vie. Pour d’autres, comme le tétanos, des rappels réguliers sont nécessaires à des intervalles d’environ 10 ans pour maintenir la protection. Comment mieux comprendre le principe de la vaccination ? Voici la liste des choses à savoir !

Le principe de la vaccination

Grâce aux vaccinations, certaines maladies graves (par exemple la polio) ne se manifestent plus que rarement ou presque plus du tout. Les vaccinations sont également importantes pour éviter la propagation de maladies très contagieuses comme la rougeole. La condition préalable est qu’une grande partie de la population soit vaccinée contre ces maladies, ce que l’on appelle souvent l’immunité collective. Il s’agit également de protéger les personnes particulièrement sensibles (par exemple les bébés ou les malades chroniques) qui ne peuvent pas (encore) être vaccinées. La vaccination a également réussi à éradiquer presque ou complètement certains agents pathogènes, comme le virus de la variole.

Les vaccins peuvent avoir des effets secondaires. Cependant, il s’agit généralement de réactions temporaires telles que des rougeurs de la peau, des gonflements, des douleurs musculaires, des maux de tête, des douleurs dans les membres ou de la fièvre. Ces réactions peuvent parfois être désagréables, mais sont généralement tout à fait normales : elles montrent que l’organisme développe la protection vaccinale souhaitée. Très rarement, des effets indésirables plus graves sont également possibles avec les vaccins, par exemple en raison d’une réaction allergique. Toutefois, lorsque des vaccinations sont introduites, on veille à ce que le bénéfice de la vaccination soit supérieur au risque d’effets secondaires.

Les principales maladies et leurs vaccins correspondants

Le tétanos

Les symptômes de la maladie du tétanos

L’infection par le tétanos provoque des spasmes musculaires graves et douloureux dans une ou plusieurs zones du corps. Souvent, les muscles du visage et la mâchoire se contractent, ce qui entraîne une incapacité à ouvrir la bouche correctement. Les muscles du dos se raidissent aussi souvent au point que le corps se penche en arrière. Si les muscles respiratoires se contractent, on peut suffoquer.

Le tétanos est déclenché par des bactéries qui se trouvent dans le sol. Ils peuvent pénétrer dans le corps par de petites blessures ou des piqûres (par exemple avec une écharde). Les premiers symptômes apparaissent généralement trois jours à trois semaines après l’infection.

La vaccination contre le tétanos

La vaccination contre le tétanos fait partie de la sextuple vaccination de la première année de vie (contre le tétanos, la diphtérie, la coqueluche, la polio, l’hépatite B et l’haemophilus influenza de type b, Hib). Le vaccin est administré quatre fois au total.

La Commission permanente des vaccinations recommande le calendrier suivant pour la sextuple vaccination :

Le premier rappel de vaccination contre le tétanos est effectué à l’âge de 5 ou 6 ans, le second entre 9 et 16 ans. Il est recommandé de renouveler la vaccination tous les dix ans par la suite.

La diphtérie

La maladie de la diphtérie

Dans le cas de la diphtérie, également appelée croup véritable, il y a une inflammation des voies respiratoires supérieures. La gorge peut devenir tellement enflée que la respiration est difficile et que la suffocation est imminente. L’infection peut également entraîner des maladies cardiaques, des paralysies et des ulcères cutanés.

La maladie commence par un mal de gorge, de la fièvre et des difficultés à avaler. S’ensuivent une toux, un enrouement et un gonflement des ganglions lymphatiques cervicaux.

La diphtérie est causée par une bactérie. Elles se transmettent généralement par des gouttelettes de salive, par exemple lors d’éternuements ou de baisers (infection par gouttelettes). L’agent pathogène peut également pénétrer dans les plaies avec la salive. Les premiers symptômes apparaissent généralement deux à cinq jours après l’infection.

La vaccination contre la diphtérie

Le premier rappel est effectué à l’âge de 5 ou 6 ans, et le second entre 9 et 16 ans. Il est recommandé aux adultes de le rafraîchir tous les dix ans.

La coqueluche

La maladie : symptômes de la coqueluche

La coqueluche provoque de graves quintes de toux, surtout la nuit. La maladie dure des semaines à des mois et est très pénible, rarement elle peut être fatale. Au début, des symptômes semblables à ceux de la grippe apparaissent. Les complications possibles sont une pneumonie ou une infection de l’oreille moyenne. Les voies respiratoires peuvent rester définitivement endommagées.

La coqueluche est causée par une bactérie et transmise par des gouttelettes de salive (infection par gouttelettes). Les premiers symptômes apparaissent environ une à trois semaines après l’infection.

La vaccination contre la coqueluche

Dans le cadre de la sextuple vaccination, le vaccin contre la coqueluche est administré quatre fois. Le premier rappel est effectué à l’âge de 5 ou 6 ans, le second entre 9 et 16 ans. Il est recommandé aux adultes de le rafraîchir tous les dix ans.

La polio

La maladie et les symptômes de la polio

Une infection par la polio passe généralement inaperçue, mais il arrive parfois que des symptômes semblables à ceux de la grippe, tels que fièvre, maux de tête et mal de gorge, apparaissent. Dans de rares cas, cependant, une paralysie grave et permanente se produit, en particulier dans les bras et les jambes.

La polio est causée par des virus. Ils sont excrétés par les selles des personnes infectées et se propagent ensuite, par exemple, par les mains. Cependant, vous pouvez également être infecté par de l’eau potable contaminée. Les premiers symptômes apparaissent environ 3 à 35 jours après l’infection. Comme la plupart des gens dans le monde sont désormais vaccinés contre la polio, la maladie ne se manifeste que dans des cas isolés dans les pays les plus pauvres.

La vaccination contre la polio

La vaccination est rappelée une fois entre l’âge de 9 et 16 ans.

L’hépatite B

La maladie et les symptômes de l’hépatite B

Dans le cas de l’hépatite B, le foie s’enflamme. Cela peut entraîner de la fièvre, des maux de tête et des douleurs articulaires, ainsi que des nausées et des vomissements. Chez certains patients, la peau devient jaune. L’hépatite B touche généralement les adolescents ou les adultes. Si elle ne guérit pas complètement, l’infection peut entraîner des lésions hépatiques, voire une insuffisance hépatique.

Les virus de l’hépatite B sont transmis par les fluides corporels tels que le sang, la salive, l’urine ou le sperme, par exemple lors de rapports sexuels ou par des seringues contaminées. Les premiers symptômes apparaissent environ un à six mois après l’infection.

La vaccination contre l’hépatite B

Dans le cadre de la sextuple vaccination, le vaccin contre l’hépatite B est administré quatre fois. Une vaccination de rappel n’est pas nécessaire.

Le pneumocoque

La maladie et les symptômes du pneumocoque

Les pneumocoques peuvent provoquer une inflammation des poumons, de l’oreille moyenne ou des sinus, et rarement des méninges.

Les pneumocoques sont des bactéries qui se transmettent par les gouttelettes de salive (infection par gouttelettes).

La vaccination contre le pneumocoque

La vaccination est également recommandée pour toutes les personnes âgées de plus de 60 ans qui n’ont pas été vaccinées auparavant.

La rougeole

La maladie et les symptômes de la rougeole

Une infection par la rougeole entraîne initialement des symptômes semblables à ceux de la grippe, tels que fièvre, maux de tête et douleurs dans les membres. Quelques jours plus tard, une éruption cutanée se développe, d’abord sur le visage, puis sur tout le corps. En guise de complication, des infections de l’oreille moyenne et des poumons peuvent survenir.

Chez environ 1 personne infectée sur 1000, une encéphalite survient après quelques jours, ce qui peut mettre la vie en danger et entraîner des dommages conséquents. Plus rarement, une inflammation cérébrale grave, la panencéphalite sclérosante subaiguë (PSSA), survient plusieurs années après l’infection. C’est toujours fatal.

Les virus de la rougeole sont transmis par les gouttelettes de salive (infection par gouttelettes) et par les sécrétions du nez ou de la gorge. La maladie survient environ deux semaines après l’infection.

La vaccination contre la rougeole

Le vaccin contre la rougeole est combiné avec le vaccin contre les oreillons et la rubéole (vaccin ROR) ou en plus avec le vaccin contre la varicelle (vaccin RORV). La première vaccination est effectuée entre 11 et 14 mois, la seconde entre 15 et 23 mois.

La vaccination contre la rougeole est également recommandée pour tous les adultes nés après 1970 qui n’ont pas été vaccinés, qui ne savent pas s’ils ont été vaccinés ou qui n’ont reçu qu’un seul vaccin dans leur enfance.

Les oreillons

La maladie des oreillons

Les oreillons provoquent d’abord des symptômes semblables à ceux de la grippe, tels que fièvre, toux ou maux de tête. Souvent, la glande parotide – et donc la joue – gonfle d’un côté ou des deux côtés. Une complication peut être une méningite, et plus rarement une inflammation du pancréas ou des nerfs auditifs. Chez les garçons plus âgés, l’inflammation des testicules est plus fréquente.

Les oreillons sont causés par des virus et sont généralement transmis par des gouttelettes de salive (infection par gouttelettes). Les symptômes apparaissent environ deux à trois semaines après l’infection.

La vaccination contres les oreillons

La vaccination contre les oreillons est associée à la vaccination contre la rougeole et la rubéole. Le vaccin contre les oreillons est administré deux fois .

La rubéole

Les symptômes de la maladie de la rubéole

Une infection rubéolique passe généralement inaperçue ou ne s’accompagne que de légers symptômes de rhume, parfois d’un gonflement des ganglions lymphatiques, de fièvre et de conjonctivite. Plus tard, une éruption cutanée avec de petites taches rouge vif, non prurigineuses, peut apparaître.

L’infection peut être particulièrement dangereuse pendant la grossesse, car les agents pathogènes sont transmis de la mère à l’enfant à naître. Au cours des quatre premiers mois de la grossesse, l’enfant peut subir de graves lésions, notamment aux yeux, au cœur ou à l’oreille interne. Elle peut également entraîner une fausse couche ou une naissance prématurée.

Les virus de la rubéole sont transmis par des gouttelettes de salive (infection par gouttelettes). Les symptômes apparaissent environ deux à trois semaines après l’infection.

La vaccination contre la rubéole

Le vaccin contre la rubéole est associé au vaccin contre la rougeole et les oreillons, et éventuellement à celui contre la varicelle. Le vaccin est administré deux fois.

La vaccination est également recommandée aux femmes en âge de procréer qui ne sont pas vaccinées ou qui ne savent pas si elles ont été vaccinées.

La varicelle

La maladie et les symptômes de la varicelle

La varicelle commence par de la fièvre et de l’épuisement. Ensuite, une éruption cutanée avec démangeaisons se développe, généralement d’abord sur le visage et le tronc, puis sur le cuir chevelu, les bras et les jambes. L’éruption cutanée consiste en de petites taches et nodules rouges qui se transforment en cloques remplies de liquide. L’infection par la varicelle évolue généralement sans complications. Elle n’entraîne que rarement une inflammation des poumons, des méninges ou du tissu cérébral. Cependant, le zona peut se développer comme une conséquence tardive. Très rarement, la varicelle se transmet de la mère à l’enfant à naître. Toutefois, si la mère est atteinte de varicelle peu avant ou après l’accouchement, le risque de transmission est accru et l’enfant peut tomber gravement malade.

Les virus de la varicelle se transmettent principalement par les gouttelettes de salive (infection par gouttelettes). Le liquide des vésicules de la varicelle est également contagieux (infection par frottis). La maladie se déclare généralement environ deux semaines après l’infection.

La vaccination contre la varicelle

La vaccination contre la varicelle est recommandée pour les enfants à partir de onze mois – mais aussi pour les femmes en âge de procréer qui ne sont pas vaccinées et n’ont pas encore eu la varicelle. En outre, il est recommandé aux personnes atteintes de neurodermatite grave qui n’ont pas encore eu la varicelle. Le vaccin contre la varicelle consiste en deux injections à intervalles de 4 à 6 semaines.