Coqueluche: symptômes, diagnostic et traitement

La coqueluche est une maladie infectieuse aiguë des voies respiratoires qui touche principalement les enfants de moins de deux ans.

La vaccination est indispensable pour les enfants.

La coqueluche, également appelée coqueluche ou toux longue, est une maladie infectieuse aiguë des voies respiratoires transmise par la bactérie Bordetella pertussis.

Les cas de la maladie ont augmenté dans plusieurs pays ces dernières années.

L’infection est causée par un contact direct avec une personne infectée ou par des gouttelettes éliminées par le patient lorsqu’il tousse, éternue ou parle.

L’infection peut survenir à n’importe quel moment de l’année et à n’importe quelle phase de la vie, mais elle touche surtout les enfants de moins de deux ans.

La coqueluche est une maladie récurrente, de notification obligatoire au ministère de la santé.

En particulier chez les enfants et les personnes âgées, elle peut évoluer vers des conditions graves avec des complications pulmonaires, neurologiques et hémorragiques et une déshydratation.

Selon les données fournies par l’OMS, en 2010, on a constaté une augmentation significative des cas de coqueluche chez les adolescents et les adultes au Brésil.

En Amérique latine, ils ont pratiquement triplé en cinq ans.

Les cas de coqueluche sont généralement plus rares à l’âge adulte.

Toutefois, une toux sèche continue pendant plus de deux semaines chez les jeunes et les adultes peut être le signe qu’ils ont été infectés à nouveau par la bactérie de la coqueluche, bien qu’ils aient reçu le vaccin dans leur enfance ou qu’ils soient tombés malades.

Symptômes de la coqueluche

La période d’incubation varie de 7 à 17 jours.

Les symptômes durent environ 6 semaines et peuvent être divisés en trois phases consécutives ;

Phase catarrhale (une ou deux semaines) : Faible fièvre, écoulement nasal, éternuements, larmoiements, manque d’appétit, malaise, toux nocturne, symptômes qui, dans cette phase, peuvent être confondus avec les rhumes et la grippe ordinaires ;

Phase paroxystique (deux semaines) : Quintes de toux paroxystiques, ou spasmodiques.

D’apparition soudaine, ces épisodes sont brefs mais se produisent l’un après l’autre, successivement, sans que le patient puisse respirer entre eux, et sont suivis d’une inspiration profonde qui provoque un crissement aigu.

Les périodes d’essoufflement et l’effort de toux laissent le visage bleuâtre (cyanose) et peuvent provoquer des vomissements ;

Phase de convalescence : en général, à partir de la quatrième semaine, les symptômes vont régresser jusqu’à disparaître complètement.

Diagnostic clinique

Le diagnostic est essentiellement clinique.

Dans la plupart des cas, des tests de laboratoire permettent de déterminer la présence de la bactérie Bordetella pertussis dans des échantillons prélevés dans le nasopharynx.

Vaccin contre la coqueluche

Bien que le vaccin contre la coqueluche n’offre pas une protection permanente, il est essentiel de vacciner les enfants.

Le vaccin contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos (DTC) fait partie du calendrier officiel des vaccinations du ministère de la santé et doit être administré à l’âge de deux, quatre et six mois, avec des rappels à 15 mois et 5 ans. Bien que l’immunisation dure environ dix ans, ce vaccin ne doit pas être appliqué après l’âge de six ans.

Heureusement, les adultes et les enfants vaccinés ont peu de chances de contracter à nouveau la maladie, sauf s’ils sont en contact étroit avec un porteur de coqueluche ou lors d’épidémies.

Dans ces cas, le vaccin contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos acellulaire (DTCa) offre une protection d’environ 10 ans et peut être utilisé comme moyen de prévention de ces maladies.

Traitement de la coqueluche

Le patient atteint de coqueluche doit rester en isolement respiratoire pendant toute la durée de la période de transmission de la maladie.

Dans la plupart des cas, le traitement peut être ambulatoire et réalisé à domicile, mais avec une surveillance médicale.

L’hospitalisation n’est nécessaire que lorsque des complications surviennent et qu’il est nécessaire de fournir une assistance en oxygène et une alimentation parentérale.

L’indication de l’érythromycine au stade catarrhal peut être utile pour raccourcir la durée de la maladie et calmer les quintes de toux.

Les analgésiques et les anti-inflammatoires aident à soulager les symptômes dans la phase catarrhale.

Les sirops expectorants et les antitussifs n’ont aucun intérêt thérapeutique.

De même, les recherches laissent planer des doutes sur l’efficacité de l’immunoglobuline anti-coquelucheuse et de l’immunoglobuline humaine dans le traitement de la coqueluche.

Recommandations

Une fois la maladie diagnostiquée, certains soins simples sont importants dans la prise en charge du patient :

Maintenez le patient à l’écart des autres personnes et dans un environnement ventilé pendant toute la durée de la phase de transmission de la maladie ;

Proposez-lui fréquemment des liquides pour éviter la déshydratation et des repas légers, en petites portions, mais plusieurs fois par jour ;

Mettez de côté les couverts, les assiettes et les verres à l’usage exclusif de la personne atteinte de coqueluche ;

Ne vous laissez pas tromper par les recettes maison pour le traitement de la toux typique de la coqueluche ;

Se laver soigneusement les mains avant et après tout contact avec le patient ;

Consultez un médecin si les quintes de toux durent plus de 15 jours.

Elles peuvent être le symptôme d’autres maladies et non de la coqueluche.

Selon les directives du ministère de la santé, tous les communicants intimes (famille, amis, collègues de travail ou d’école) doivent recevoir une dose de vaccin DPTa.